cancer du sang: tube plein de sang

Le cancer du sang est différent des autres types de cancers qui se développent généralement sous forme de tumeur. Dans le cas des cancers du sang, il n’y a pas de tumeur localisée à proprement parlé. Car au lieu de cela, les cellules cancéreuses circulent dans tout le corps à travers la circulation sanguine.

La plupart des cancers du sang se développent dans la moelle osseuse lorsque les cellules sanguines subissent un processus appelé hématopoïèse. Les cellules souches spécialisées dans la moelle osseuse, appelées cellules souches hématopoïétiques, constituent le point de départ de tous les types de cellules sanguines.

I- Les cellules du sang

Voici le nom de chaque cellule et son rôle :

Les globules rouges – qui transportent l’oxygène aux cellules de notre corps

Les globules blancs – qui combattent l’infection

Les plaquettes – qui aident le sang à coaguler et à arrêter les saignements.

L’hémoglobine, la protéine transportant l’oxygène dans les globules rouges.

Différents types de cellules sanguines se forment dans la moelle osseuse à partir de cellules souches

II- Comment apparaît une cellule cancéreuse :

Un cancer du sang se produit lorsqu’une des cellules en passe de devenir une cellule sanguine développe une mutation et commence à se développer de manière incontrôlable, formant ainsi de nombreuses autres cellules anormales qui se répandent dans la circulation sanguine.

Ces cellules anormales sont appelées parfois des cellules folles, du fait de leur comportement inhabituel.

Les cellules sanguines anormales ne remplissent pas correctement leurs fonctions et peuvent perturber le fonctionnement normal des cellules sanguines.

Ces cellules interfèrent également avec la capacité de la moelle osseuse à produire d’autres cellules sanguines saines.

Les personnes atteintes du cancer du sang courent donc un risque d’infections et de saignements du fait de manque de cellules saines dans leur sang.

III- Les cancers du sang sont-ils génétiques ?

Les cancers du sang sont des maladies génétiques courantes, mais pas dans le sens où l’héritage vient des parents. Mais les cancers du sang sont plutôt causés par les gènes.

Pour des raisons inconnues jusqu’à maintenant, des gènes décident soudainement d’envoyer des messages confus aux cellules qu’ils contrôlent ou cessent complètement d’envoyer ces très importants messages qui sont une sorte de clef ou de plan de comment construire et fabriquer de nouvelles cellules.

Les cancers du sang – leucémie, lymphome et myélome – combinés, constituent la troisième cause de mortalité par cancer dans le monde. De nombreux cancers du sang chez l’adulte et chez certains enfants ne peuvent toujours pas être traités avec succès.

Contrairement aux autres cancers, le dépistage systématique et les campagnes de sensibilisation ne réduisent pas le risque de développer un cancer du sang.

IV- Cancers sanguins aigus et chroniques

Les cancers du sang peuvent être décrits comme suit :

Aiguë : il s’agit d’un cancer agressif ou à croissance rapide qui se propage rapidement.

Chronique : il s’agit d’un cancer à croissance lente qui prend plus de temps à se propager.

V- Classification du cancer du sang

Les cancers du sang sont classés en deux catégories, les myéloïdes (liés à la moelle osseuse) ou les lymphoïdes (liés aux tissus produisant des lymphocytes et des anticorps), et ce en fonction de la lignée hémopoïétique dans laquelle une anomalie s’est produite.

Ils peuvent également être classés dans l’un des groupes suivants :

1. La leucémie

C’est un cancer au cours duquel des cellules hémopoïétiques malignes qui se trouvent dans la moelle osseuse et le sang périphérique deviennent anormales et entre dans un cycle de dysfonctionnement total.

La leucémie peut être classée en myéloïde ou lymphoïde, et aiguë ou chronique en fonction du taux d’apparition de la maladie.

Dans la leucémie aiguë, il se produit une prolifération anormale de cellules immatures peu différenciées et un arrêt de la maturation peut survenir.

En revanche, la leucémie chronique n’est pas associée aux cellules immatures (blastes), car les cellules malignes continuent de mûrir au cours de l’hémopoïèse (processus cellulaires de production des diverses cellules du sang).

2. Les lymphomes

Ces cancers affectent la lignée lymphoïde et sont des tumeurs malignes chroniques. Les cellules lymphoïdes malignes s’accumulent généralement dans les organes lymphoïdes et provoquent une tumeur lymphomateuse statique.

Les organes lymphoïdes sont divisés en deux parties : les primaires et les secondaires. Les primaires sont la moelle osseuse et le thymus. Les secondaires sont la rate, les ganglions lymphatiques, les plaques de Peyer et les amygdales.

Si l’organe lymphoïde affecté devient tellement submergé et accumulé avec des cellules malignes, celles-ci peuvent forcer l’infiltration dans des organes situés à l’extérieur du tissu lymphoïde, tels que le sang périphérique et la moelle osseuse.

Les lymphomes sont globalement classés en lymphome de Hodgkin (LH) et lymphome non-hodgkinien (LNH) en fonction du fait que la tumeur maligne contient des cellules de Reed-Sternberg (lymphocytes anormaux uniquement associés au LH).

3. Les syndromes myélodysplasiques

Ces cancers sont des tumeurs malignes myéloïdes dans lesquelles des cellules myéloïdes immatures s’accumulent dans la moelle osseuse.

En conséquence, la mort de ces cellules immatures se produit avant qu’elles ne puissent mûrir en cellules adultes et effectrices.

Cela provoque une hémopoïèse (processus de production des cellules du sang : globules rouges et blancs, et plaquettes de sang) inefficace et par conséquent une réduction des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes.

4. Le myélome multiple

C’est une tumeur maligne lymphoïde caractérisée par une prolifération anormale de plasmocytes malins. En rappelant que les cellules plasmatiques sont nécessaires à la production d’anticorps.

Dans le myélome multiple, les plasmocytes malins synthétisent et sécrètent des quantités excessives d’immunoglobulines monoclonales appelées paraprotéines.

En concentrations excessives dans le plasma, les paraprotéines peuvent causer de graves lésions tissulaires à plusieurs organes.

5. Les troubles myéloprolifératifs

Ce sont des anomalies myéloïdes dans lesquelles il existe une surproduction anormale de cellules myéloïdes dans la moelle osseuse, provoquant le plus souvent une érythrocytose, une thrombocytose, une neutrophilie et une basophilie.

Les principaux désordres myéloprolifératifs sont la leucémie myéloïde chronique, la polycythémie, la myélofibrose et la thrombocytémie.

VI- ÉTAPES DU CANCER DU SANG

Le cancer du sang selon les spécialistes de la question est divisé en quatre grandes étapes en fonction de la propagation et de l’impact de la maladie sur le corps.

Étape 1:

Dans la première étape, les ganglions lymphatiques grossissent en raison de l’augmentation soudaine du nombre de lymphocytes. Comme la maladie ne s’est pas encore propagée à d’autres parties du corps, le facteur de risque est faible.

Stade 2:

À ce stade, les ganglions lymphatiques, la rate et le foie présentent une inflation excessive. Le stade est également caractérisé par une croissance incontrôlée de lymphocytes.

Étape 3:

Le cancer se propage dans au moins deux des organes impliqués – les ganglions lymphatiques, la rate et le foie – et le facteur de risque augmente.

Étape 4:

La production de plaquettes sanguines diminue rapidement, le cancer se propage à d’autres organes, y compris les poumons, et l’anémie devient aiguë. Le facteur de risque atteint le seuil critique à ce stade.

VII- Traitements du cancer du sang

Les cancers du sang restent un groupe de maladies complexe, avec de nombreux types et sous-types. Mais la médecine a fait de grands progrès en matière de diagnostic et de traitement, avec l’arrivée de thérapies prometteuses.

Il existe plusieurs traitements, et pour chaque type de cancer on en trouve divers manières de le traiter. C’est au médecin traitant, après avoir fait son diagnostic, de proposer le traitement adéquat pour le patient.

Voici quelques-uns des traitements :

1. Chimiothérapie Sanguine

La chimiothérapie est l’un des principaux traitements des cancers du sang et est généralement un médicament avalée ou injectée dans une veine. Les médicaments circulent dans le sang pour détruire les cellules cancéreuses et sont souvent utilisés en association avec d’autres traitements, parfois même avant la greffe de cellules souches pour restaurer des cellules sanguines saines.

En général on identifie les patients ayant besoins d’un traitement intensif pour leur réserver un suivi particulier afin d’éviter toute complication.

Sinon pour les autres, on leur injecte ou on leur administre des doses moins intenses du médicament en combinaison avec d’autres médicaments pour contrer la résistance des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et limiter au maximum les effets secondaires.

Quelques précautions sont prises lors d’une chimiothérapie pour les patients atteints de cancer du sang, notamment les personnes âgées, qui ont souvent plus de mal à tolérer les traitements et les femmes enceintes, qui devraient soit accoucher avant le traitement (idéalement) ou ne recevoir que certains médicaments au cours de certains trimestres.

Aussi certains médicaments sont parfois utilisés pour accélérer la récupération des globules blancs après la chimiothérapie, afin de réduire le risque d’infection.

2. Chimiothérapie intrathécale et cancer du sang

Il est constaté qu’une chimiothérapie régulière n’atteint généralement pas le cerveau et la moelle épinière (le système nerveux central ou système nerveux central), ce qui peut servir de cachette aux cellules cancéreuses.

Et dans le cas d’un soupçon, un médicament spécial sera injecté dans le liquide céphalorachidien pour tuer les éventuelles cellules cancéreuses qui auraient pu se cacher. Cette procédure appelée chimiothérapie intrathécale.

3. Cancer du sang et greffes de cellules souches

Parfois, des doses plus élevées de médicaments de chimiothérapie sont nécessaires pour traiter les cancers du sang, doses qui endommagent la moelle osseuse, où les cellules sanguines sont produites.

Dans ce cas, une greffe de restauration de cellules souches hématopoïétiques sont nécessaires.

Ces cellules proviennent généralement du sang et parfois de la moelle osseuse.

Il y a deux sources possibles :

La greffe allogénique: les cellules souches proviennent d’un donneur (probablement un parent proche en raison de la nécessité d’adapter les caractéristiques du système immunitaire.)

La greffe autologue : les cellules souches sont prélevées du corps du patient avant la chimiothérapie et stockées.

4. Thérapie ciblée sur le sang

La thérapie ciblée représente une nouvelle manière dans la lutte contre le cancer.

Il existe plusieurs médicaments et d’autres substances destinées à des molécules spécifiques qui contribuent à la croissance, à la progression et à la propagation de la maladie.

L’idée est de cibler les caractéristiques uniques d’un cancer, notamment les gènes, les protéines, les vaisseaux sanguins ou les tissus hôtes, tout en limitant les dommages causés aux cellules saines.

Les thérapies ciblées sont généralement utilisées seules ou en association avec une chimiothérapie. Ils sont administrés en traitement initial ou dans des scénarios plus difficiles, par exemple en l’absence de réponse aux autres traitements ou en cas de réapparition du cancer (récidive).

Voici quelques types de thérapie ciblée sur le cancer du sang :

Les interférons : c’est un type d’une protéine de globules blancs, qui peut interférer dans la division des cellules cancéreuses et ralentir la croissance tumorale. Il est utilisé pour traiter le myélome multiple ou le lymphome chez certains patients.

Anticorps monoclonal : Ces médicaments répliquent un anticorps naturel et ciblent certaines substances dans les cellules cancéreuses. Soit seul ou en combinaison avec un médicament ou un matériau radioactif, son rôle est de tuer les cellules, bloquer leur croissance ou les empêcher de se répandre.

Inhibiteurs de la tyrosine kinase : Ils ciblent spécialement le gène responsable de la tumeur et constituent le traitement principal de la leucémie myéloïde chronique. Ils sont également utilisés chez certains patients atteints de leucémie aiguë lymphoblastique porteurs de la mutation.

Inhibiteurs de protéosomes : Ces inhibiteurs empêchent les enzymes cellulaires de décomposer les protéines qui contrôlent la division cellulaire. Ils sont souvent utilisés pour traiter le myélome multiple, mais sont également utiles pour certains types de lymphome non hodgkinien.

Inhibiteurs d’histone désacétylase : C’est des médicaments qui modifient les gènes actifs en travaillant avec une protéine chromosomique appelée histone.

Inhibiteurs de la FLT3: Ces médicaments ciblent les mutations du gène FLT3 chez les patients atteints de leucémie myéloïde aiguë.

Vaccins contre le cancer : ils sont conçus pour traiter et non pour prévenir le cancer du sang en stimulant la réponse du système immunitaire.

5. Rayonnement sanguin

La radiothérapie pour les cancers du sang utilise des rayons X de haute énergie (ou d’autres particules) émis par un appareil externe pour tuer les cellules cancéreuses et réduire les tumeurs.

Bien que les radiations ne soient pas utilisées aussi fréquemment que d’autres traitements tels que la chimiothérapie et la thérapie ciblée, il existe des applications utiles dans les cas suivants :

Lymphome de Hodgkin

Bien que les radiations soient généralement très efficaces pour tuer les cellules malades du lymphome de Hodgkin, son utilisation est très limité en raison de ses effets secondaires. Grâce à l’imagerie avancée, on peut maintenant cibler les cellules cancéreuses avec plus de précision et éviter d’endommager au maximum les tissus sains.

Lymphome non hodgkinien

La radiothérapie est presque la seule méthode recommandée pour les tumeurs à un stade précoce ou il y a moins de tissus qui seront mis en danger. La chimiothérapie est réservée pour des tumeurs plus agressives.

Elle peut aussi être associé à une chimiothérapie à haute dose avant une greffe de cellules souches.

Myélome multiple

La radiothérapie est un traitement possible des lésions osseuses douloureuses lorsque la chimiothérapie n’est pas efficace.

Quelle que soit l’application, les médecins essayent toujours de minimiser les effets secondaires des rayonnements, en particulier chez les patients les plus jeunes, les femmes enceintes ou les plus âgés.

VIII- Diagnostiquer les cancers du sang

Lors du diagnostic du cancer du sang, tout d’abord un examen physique est effectué. Le patient est interrogé également sur ses antécédents médicaux et les symptômes qu’il a constaté sur lui. Toute information sur les symptômes inhabituels que le patient a constatée doit être transmise à son médecin traitant lors de la première visite pour lui donner une idée globale sur le problème, afin aussi d’établir un diagnostic adéquat au plus vite.

Ensuite d’autres tests de diagnostic seront effectués et peuvent inclure :

L’analyses sanguines

C’est l’une des premières procédures afin d’analyser la présence de cellules cancéreuses de sang ou des taux anormaux de certaines protéines. Le test le plus connu est le NFS (numération de la formule sanguine) ou l’hémogramme.

La biopsie

Ce test peut offrir un diagnostic définitif. Les médecins prélèvent un échantillon de cellules et les examineront au microscope.

La procédure se fait généralement sous une anesthésie locale afin que le patient ne ressente aucune douleur.

IX- Que signifient les résultats d’un test hémogramme (Numération de la formule sanguine) ?

C’est au médecin qu’il incombe d’interpréter les résultats des tests de la numération de la formule sanguine (NFS). Il ne faut pas oublier que de nombreux facteurs, y compris les affections non cancéreuses, peuvent conduire à des résultats qui donnent des limites anormales.

Nous donnons d’abord les limites des taux normaux des cellules contenues dans le sang.

Nombre de globules rouges

Femme : entre 3,92 et 5,13 milliards de cellules / Litre

Homme : entre 4,35 et 5,65 milliards de cellules / L

Nombre de globules blancs

Pour homme et femme : entre 3,4 et 9,6 milliards de cellules / Litre

Nombre de cellule plaquettaire

Femme : entre 157 et 371 milliards / L

Homme : entre 135 et 317 milliards / L

Hématocrite

Femme : entre 35,5 et 44,9% du sang

Homme : entre 38,3 et 48,6%

Hémoglobine

Femme : entre 11,6 et 15 grammes / décilitre

Homme : entre 13,2 et 16,6 grammes / décilitre

Interprétation générale du test

Faible nombre de globules blancs

Certains traitements du cancer, principalement la chimiothérapie, peuvent entraîner une diminution des globules blancs dans le corps. Les cancers du sang et de la moelle osseuse peuvent également entraîner une diminution du nombre. Ces types de cancers incluent la leucémie, le lymphome et le myélome multiple.

Quantité de différents globules blancs

Un nombre supérieur à la normale de lymphocytes ou de monocytes peut indiquer la possibilité de certains types de cancers.

Certains cancers et leurs traitements peuvent provoquer une neutropénie. La neutropénie est une diminution du nombre de neutrophiles, ce qui augmente les risques d’infection bactérienne.

Parfois, les médecins peuvent réduire la dose de chimiothérapie afin de réduire le risque de développer un faible nombre de neutrophiles. Les médecins pourront également recommander des médicaments, tels que des facteurs de croissance des globules blancs, pour augmenter la production de neutrophiles par le corps, surtout en cas de fièvre.

Faible nombre de globules rouges

Certains traitements du cancer, principalement la chimiothérapie et la radiothérapie, peuvent entraîner une diminution du nombre de globules rouges. Cette condition est connue sous le nom d’anémie.

La perte de sang, qu’elle soit due à une chirurgie ou à des cancers spécifiques, et les cancers impliquant directement la moelle osseuse peuvent également causer ou aggraver une anémie.

Les personnes dont le nombre de globules rouges est trop bas peuvent avoir besoin d’une transfusion sanguine ou de médicaments pour l’augmenter.

Faible nombre de plaquettes

Certains traitements du cancer, tels que la chimiothérapie ou la radiothérapie, peuvent entraîner une diminution du nombre de plaquettes. Les cancers qui impliquent directement la moelle osseuse peuvent également entraîner une diminution du nombre de plaquettes.

Un nombre inhabituellement faible de plaquettes est appelé thrombocytopénie.

Les patients à faible taux de plaquettes ont un risque plus élevé d’hémorragie ou de saignement grave. Si le nombre de plaquettes chute à des niveaux très bas, le médecin pourra recommander une transfusion de plaquettes.

X- Quels sont les symptômes du cancer du sang ?

Les symptômes des formes les plus courantes de cancer du sang peuvent inclure :

Pour la Leucémie qui est un cancer des globules blancs. Elle est nommée en fonction du type de globule blanc affecté et de sa nature aiguë (croissance plus rapide) ou chronique (croissance plus lente). Ses symptômes sont :

Perte de poids inexpliquée

Se sentir continuellement fatigué ou faible

Grande facilité à saigner et à se blesser

Des ganglions lymphatiques enflés

Estomac enflé sans raisons

Des infections redondantes

Fièvre et sueurs nocturnes

Douleur dans les os et les articulations

Pour les Lymphomes qui sont des cancers du système lymphatique. Il existe deux types principaux – le lymphome de Hodgkin et le lymphome non hodgkinien. Ses symptômes sont :

Des ganglions lymphatiques enflés

Fièvre et sueurs nocturnes

Se sentir fatigué et faible

La peau qui gratte

Perte de poids inexpliquée

Toux, difficulté respiratoire et douleur thoracique

Augmentation de la sensibilité à l’alcool ou sensation de douleur dans les ganglions lymphatiques après avoir bu (lymphome de Hodgkin)

Gonflement ou sensation de douleur ou de plénitude dans l’estomac (lymphome non hodgkinien)

Pour le Myélome qui est un cancer des plasmocytes dans la moelle osseuse. (Les plasmocytes sont un type de globule blanc). Ses symptômes sont :

Perte de poids

Fièvres et infections

Fractures fréquentes, souvent dans le dos

Douleur osseuse (côtes / dos)

La soif

Mictions fréquentes

Nausée et constipation

XI- Les causes du cancer du sang

Dans la plupart des cas, la cause du cancer du sang n’est pas claire. Mais on peut donner quelques facteurs pouvant augmenter le risque de certains cancers du sang :

Un traitement antérieur par chimiothérapie ou radiothérapie pour un autre cancer peut augmenter le risque de leucémie et de lymphome.

L’infection au VIH peut augmenter le risque de certains lymphomes. Certaines autres infections sont également liées à des lymphomes, notamment le virus d’Epstein-Barr.

Comme pour la plupart des cancers, le risque de cancer du sang augmente avec l’âge.

Certains syndromes héréditaires, comme le syndrome de Down, peuvent augmenter le risque de leucémie et de lymphome.

XII- Conclusion sur le cancer du sang

Comme pour toute forme de cancer, avec le cancer du sang, il est important de connaître les éventuels symptômes ou signes avant-coureurs et de rester vigilant en cas de consultation.

Certains symptômes des autres cancers sont plus courants et bien connus que d’autres. Par exemple, beaucoup de gens savent que des changements dans l’apparence de la peau ou dans la forme d’un grain de beauté peuvent être un signe de cancer de la peau. Voir notre article sur le sujet ici.

La plupart des femmes savent que si elles trouvent une grosseur dans la poitrine, cela peut être un signe de cancer du sein et qu’elles devraient consulter un médecin en urgence.

Mais dans le cas du sang qui circule entièrement dans le corps, il n’y a pas de signes extérieurs qui peuvent nous alerter afin de prendre nos dispositions.

Le cancer du sang, également appelé cancer hématologique, commence généralement dans la moelle osseuse, puis commence à toucher les cellules sanguines, mais il peut revêtir diverses formes.

alors…

Les types de cancer du sang comprennent la leucémie, le lymphome non hodgkinien, le lymphome hodgkinien et le myélome multiple.

La leucémie est un cancer qui prend naissance dans les tissus hématopoïétiques.

Le lymphome non hodgkinien est un cancer qui prend naissance dans les cellules appelées lymphocytes, situées dans les ganglions lymphatiques ou le tissu lymphatique. Les lymphocytes sont un type de globule blanc qui aide le corps à combattre les infections et à rester en bonne santé.

Le lymphome hodgkinien débute dans les lymphocytes, tout comme le lymphome non hodgkinien, mais la distinction entre les deux types est faite lorsque le médecin examine les cellules elles-mêmes. Le lymphome non hodgkinien est beaucoup plus fréquent que le lymphome de Hodgkin.

Le lymphome de Hodgkin est caractérisé par ce qu’on appelle les cellules de Reed-Sternberg, qui sont de grosses cellules cancéreuses matures. Bien que le lymphome non hodgkinien soit plus fréquent, le taux de survie du lymphome hodgkinien est supérieur à celui du lymphome non hodgkinien.

Enfin, le myélome multiple est un cancer qui commence dans les cellules plasmatiques sanguines.

alors…

Connaître et reconnaître les symptômes potentiels du cancer du sang peut potentiellement sauver la vie d’une personne. Bien sûr, certains symptômes sont communs avec d’autres maladies.

Les symptômes du cancer du sang incluent une fièvre persistante inexpliquée, frissons, fatigue persistante, perte d’appétit, nausées, faiblesse inexpliquée, sueurs nocturnes, douleurs osseuses et / ou articulaires, maux de tête, essoufflement, douleurs abdominales, infections fréquentes, ganglions lymphatiques enflés, éruption cutanée ou des démangeaisons, et une tendance à saigner ou à faire des ecchymoses facilement.

Si une personne remarque l’un de ces symptômes, il est important de consulter un médecin qui sera en mesure de lui donner des conseils et de l’orienter pour effectuer les tests que nous avons vu plus haut afin de déterminer la cause potentielle des symptômes.

Le contenu du site Web AvoirLaSante.fr n’est ni destiné ni recommandé en lieu et place du conseil médical, du diagnostic ou du traitement. Demandez toujours conseil à votre médecin ou à un autre professionnel de la santé qualifié pour toute question ou condition médicale.Le contenu du site est juste informatif. Tous droits réservés.

cancer du sang: reconnaître les symptômes

liens:

http://fr.ap-hm.fr/cancer/specialites/cancers-hematologiques-cancers-du-sang

https://www.chu-grenoble.fr/content/pole-cancer-et-maladies-du-sang

https://www.chu-besancon.fr/le-chru/actualites-du-chru/actualite/car-t-cells-vers-une-nouvelle-immunotherapie-pour-combattre-le-cancer-du-sang-et-de-la-moelle.html

Fermer le menu