sang dans les selles: 10 causes connues
Sang dans les selles.

Le sang dans les selles (« matière fécale » ou «caca»), C’est vraiment effrayant. Et si vous voyez du sang rouge vif sur vos sous-vêtements ou dans les toilettes, cela est probablement dû à un saignement rectal. Les causes du sang visible dans les selles, sans douleur ou avec douleur, pour un homme ou une femme sont multiples.

Le sang dans les selles ( Rectorragie) a généralement une apparence noire et goudronneuse. En cas de saignement plus haut dans le côlon ou le système digestif, les selles paraissent très sombres.

Si vous remarquez du sang ou si vous pensez qu’il y a du sang dans vos selles, vous devriez contacter votre médecin.

Ce n’est pas toujours un signe de cancer, mais il est bon de le faire vérifier immédiatement, peu importe de quoi il provient.

Il est également important de savoir que tous les saignements dans le tractus intestinal ne conduisent pas à un sang visible à l’œil nu. Vous pouvez avoir du sang dans vos selles sans le savoir.

Donc, si vous avez des signes ou des symptômes de cancer colorectal ou si vous avez plus de 50 ans, parlez à votre médecin de la possibilité d’une coloscopie.

Appeler d’urgence le Samu ou les pompiers si vous saignez beaucoup.

 Vous devriez impérativement consulter un médecin si vous ressentez des vertiges, une faiblesse et de la confusion en même temps que des saignements.

I- Quels sont les symptômes associés aux saignements rectaux ?

sang les selles- différentes causes
Différentes causes du sang dans les selles

Les symptômes du saignement rectal (rectorragie) peuvent inclure:

• douleur et / ou pression rectale

• Sang rouge vif dans / sur les selles, sur les sous-vêtements et / ou dans les toilettes

• Couleur des selles rouge, marron ou noire

• Matière fécale ayant l’apparence d’un goudron

• confusion

• Vous vous sentez étourdi

• évanouissement

II- Que faire lorsque vous remarquez du sang dans les selles

La meilleure mesure que vous puissiez prendre maintenant consiste à faire attention à ce symptôme et à vous préparer à en discuter avec votre médecin. Posez-vous ces questions :

• Le sang était-il dans les selles, la cuvette des toilettes ou sur le papier hygiénique?

• Le sang était-il rouge vif ou rouge foncé ?

• Combien de sang avez-vous vu approximativement ? (N’oubliez pas qu’une goutte de sang dans la cuvette des toilettes rendra toute l’eau rouge.)

• Avez-vous eu de la difficulté à aller à la selle ?

• À quelle fréquence avez-vous des selles ?

• Avez-vous d’autres symptômes ?

• Quand était votre dernier examen de dépistage du côlon ou votre coloscopie ?

• Avez-vous des antécédents de polypes ou des antécédents familiaux de polypes?

III- Quand doit-on appeler le docteur immédiatement

Si le saignement rectal ne s’arrête pas, ou vous remarquez de grandes quantités de sang, ou si vous avez des selles nauséabondes avec une apparence de grain de café, vous devez immédiatement aller consulter un médecin. Votre médecin devra trouver – et arrêter – la cause de la rectorragie.

IV- Diagnostic pour le sang dans les selles

Dans le cas du sang visible dans les selles, le site du saignement doit être localisé. Une recherche complète et un examen physique sont essentiels. Une numération sanguine indiquera si le patient est anémique et donnera également une idée de l’ampleur du saignement et de son caractère chronique.

Endoscopie

L’endoscopie est une technique de diagnostic courante permettant de visualiser directement le site de saignement. C’est un instrument optique lumineux avec caméra pour explorer l’intérieur du corps humain.

Parce que l’endoscope peut détecter des lésions et confirmer la présence ou l’absence de saignement, les médecins choisissent souvent cette méthode pour diagnostiquer les patients présentant un saignement aigu.

Dans de nombreux cas, le médecin peut également utiliser l’endoscope pour traiter la cause du saignement. L’endoscope est un instrument flexible pouvant être inséré par la bouche ou le rectum. L’instrument permet au médecin de voir dans l’œsophage, l’estomac, le duodénum, le colon (coloscopie)et le rectum (sigmoïdoscopie); recueillir de petits échantillons de tissus(biopsies); prendre des photos; et des fois pour arrêter le saignement.

 L’endoscopie de l’intestin grêle, ou entéroscopie, est une procédure utilisant un endoscope long. Cet endoscope peut être utilisé pour localiser des sources de saignement non identifiées dans l’intestin grêle.

V- Différentes causes du sang visible dans les selles

1. Quelles sont les hémorroïdes, la cause la plus fréquente du sang dans les selles?

Les hémorroïdes sont des veines enflées dans le rectum (hémorroïdes internes) ou l’anus (hémorroïdes externes).

 Les hémorroïdes,également appelées piles, peuvent généralement se développer en raison de différentes contraintes : constipation chronique au niveau des selles, de grossesse,de fatigue au travail (levage de charges lourdes, etc.), d’obésité ou de relations sexuelles anales.

Le traitement des hémorroïdes comprend la résolution des causes sous-jacentes, telles que le traitement de la constipation ou la modification des habitudes de travail si nécessaire.

Parfois, un traitement chirurgical est nécessaire et peut inclure l’une des méthodes suivantes :

• Ligature d’une bande élastique : une bande élastique placée autour de la base de l’hémorroïde coupe la circulation dans la majeure partie de l’hémorroïde et provoque le dépérissement de l’hémorroïde.

• Sclérothérapie : l’injection d’une solution chimique autour du vaisseau sanguin réduit l’hémorroïde.

• Laser: un faisceau laser précis est utilisé pour éliminer les petites hémorroïdes.

• ligature artérielle hémorroïdaire: utilise une sonde Doppler pour localiser et attacher les vaisseaux sanguins alimentant l’hémorroïde, pour le rétrécir.

• Procédure pour les hémorroïdes prolabées (HPP): remet les hémorroïdes sorties du canal anal dans leur position initiale.

Hémorroïdectomie: ablation chirurgicale de l’hémorroïde.

2. Fissures anales

Une fissure anale est une affection assez commune et douloureuse dans laquelle la muqueuse du canal anal est déchirée.

Une fissure anale est généralement causée par un traumatisme physique dû à la constipation ou à une selle forcée provoquée par un muscle anal serré ou au moins il est un facteur contributif.

 Une fois que la peau est déchirée, chaque selle subséquente peut être douloureuse.

 La quantité de sang visible dans les selles qui se produit avec une fissure anale est faible et se remarque généralement dans la cuvette des toilettes ou sur le papier hygiénique comme de couleur rouge vif.

 Les symptômes d’une fissure anale sont généralement confondus avec les hémorroïdes, mais les hémorroïdes ne causent généralement pas de douleur lors des selles.

3. Qu’est-ce qu’une fistule ?

Une fistule anale est une conséquence d’une infection dans la région péri anale.

Une fistule est une connexion entre deux espaces. Une fistule anale est une connexion entre l’anus ou le rectum et la peau autour de l’anus.

 Les fistules commencent généralement par des infections dans la glande anale naturellement présente dans l’anus. Elles ont besoin d’une intervention chirurgicale pour guérir.

Certaines fistules anales ont d’autres causes telles que la maladie inflammatoire de l’intestin, la tuberculose ou les radiations.

 D’autres peuvent résulter d’une intervention chirurgicale dans cette région.

4. Polypes

Polype- sang dans les selles
Formation d’un polype-Sang dans les selles

Le terme polype non spécifique fait référence à toute projection du tractus intestinal.

Il existe plusieurs types de polypes qui varient en fonction de leur histologie et de leur présentation.

 Les polypes adénomateux sont assez fréquents et touchent environ 25% des adultes âgés de 50 ans et plus.

La plupart des cas de cancer colorectal sont dus à des polypes adénomateux et le cancer colorectal est probablement l’une des causes de décès par cancer dans le monde.

Cependant, avec les progrès de la médecine, les polypes adénomateux non métastatiques peuvent être réséqués ou éliminés par chirurgie et une chimiothérapie peut être administrée pour limiter toute propagation potentielle.

 Le cancer colorectal est traitable s’il est dépisté tôt, raison pour laquelle toutes les personnes de plus de 50 ans devraient subir un dépistage régulier par coloscopie, sigmoïdoscopie, etc.

5. Gastrite

C’est à ce moment que la muqueuse de votre estomac devient enflammée ou irritée. En plus du sang dans les selles, les autres symptômes de la gastrite comprennent les éructations, les nausées et les vomissements, les ballonnements et les douleurs abdominales hautes.

Pour soigner la gastrite, éviter les aliments épicés, gras et frits, ainsi que les aliments acides comme les tomates et les oranges, car ils irriteront votre estomac.

Mangez beaucoup de légumes, de fruits, de protéines de haute qualité et de graisses saines. Et essayez de compléter votre alimentation avec des aliments riches en probiotiques, en fibres, en antioxydants comme la vitamine C, la vitamine B12, des électrolytes et des acides gras oméga-3.

 De même, ne mangez rien dans les trois heures à quatre heures du coucher afin de pouvoir dormir avec votre nourriture déjà digérée.

Le stress est également un facteur de gastrite. Essayez donc d’alléger votre charge de travail et prenez le temps de vous détendre.

 Vous pouvez essayer la méditation mentale profonde pour mettre votre corps dans un état plus détendu.

Vous pouvez également essayer la racine de réglisse et le fenouil, car ces deux produits sont utiles pour réduire les symptômes.

6. LES MICI

La maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) n’est pas la même chose que le syndrome du côlon irritable (SCI), elle est également beaucoup moins commune. (voire l’article sur la maladie de crohn)

Environ 200 000 personnes en France seraient atteintes de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse, les deux principales formes de MICI. (Malheureusement 15 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jours)

La maladie intestinale chronique inflammatoire (MICI) est une maladie chronique au cours de laquelle une partie de l’intestin est enflammée.

 Il existe deux types principaux de MICI: la colite ulcéreuse qui affecte le gros intestin et la maladie de Crohn qui peut toucher n’importe quelle partie de l’intestin, y compris le gros intestin.

 Les deux entraînent généralement de la diarrhée, de la douleur, de la fatigue, une perte de poids.

Le saignement se produit généralement lorsque le gros intestin est touché.

Bien que la maladie ne puisse être guérie, elle peut être traitée par des médicaments et dans certains cas, une intervention chirurgicale est vraiment nécessaire. Pour plus d’informations, consultez notre article sur la maladie de Crohn.

7. Cancer colorectal

Sang dans les selles- le cancer
Le cancer-rectorragie ( sang dans les selles)

Le cancer colorectal est un cancer du côlon ou du rectum.

La plupart de ces cancers sont associés à de petites tumeurs non cancéreuses, appelées polypes, qui se développent sur la muqueuse du gros intestin ou du rectum.

a. Symptômes du cancer colorectal

En plus des saignements de l’anus, vous pouvez également éprouver:

• un changement des habitudes intestinales durant plus de quatre semaines

• des selles très étroites, comme un crayon

• douleur ou inconfort abdominal

• perte de poids inexpliquée

• fatigue

b. Traitement du cancer colorectal

Parlez à votre médecin si vous avez ces symptômes. Votre médecin peut vous aider à déterminer le stade du cancer et à recommander un traitement.

Plus tôt vous recevez un traitement, meilleur sera le résultat.

Souvent, la première étape consiste en une intervention chirurgicale visant à retirer des polypes ou dissections cancéreuses du côlon.

Vous aurez peut-être besoin d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie pour vous débarrasser des cellules cancéreuses restantes.

8. Quelle est la diverticulite ?

Les formations appelées diverticules sont des composants clés de la diverticulite. Les diverticules sont des poches qui se développent le long du tube digestif, le plus souvent dans le côlon (gros intestin).

Ces poches se forment lorsque des points faibles de la paroi intestinale se dirigent vers l’extérieur.

Lorsque ces poches deviennent enflammées ou que des bactéries s’y rassemblent et provoquent une infection, vous présentez une diverticulite.

La diverticulite nécessite souvent un traitement car elle provoque généralement des symptômes et peut entraîner de graves complications pour la santé.

a. Symptômes de diverticulite

Contrairement à la diverticulose, la diverticulite provoque souvent des symptômes allant de légers à graves. Ces symptômes peuvent apparaître soudainement ou se manifester lentement en quelques jours.

b. Symptômes communs des deux maladies

La douleur dans l’abdomen est le symptôme le plus commun. Il se produit généralement dans le côté inférieur gauche de l’abdomen. La condition affecte le plus souvent la partie du côlon dans cette zone.

Les symptômes les plus courants de la diverticulite incluent :

• douleur abdominale

• fièvre

• la nausée

• vomissements

• envie accrue d’uriner, plus souvent que d’habitude, ou sensation de brûlure en urinant

• constipation

• la diarrhée

Du sang dans les selles, ainsi que des saignements au niveau du rectum, peuvent se produire à la fois lors de diverticulose et de diverticulite. Les recherches rapportent que jusqu’à 17% des personnes atteintes de diverticulite chronique ont des saignements.

9. Colite ischémique

Quatre-vingt-dix pour cent des cas de colite ischémique touchent les personnes âgées et peuvent être aigus ou chroniques.

Il en résulte une lésion ischémique lorsque le flux sanguin intestinal vers le côlon est inadéquat (pensez à un caillot sanguin ou à l’athérosclérose).

 En plus du sang visible dans les selles, la colite ischémique peut également se présenter sous forme de diarrhée, de besoin urgent de déféquer, de douleurs abdominales et de vomissements.

La plupart des cas de colite ischémique durent peu de temps et disparaissent d’eux-mêmes.

Dans les cas les plus graves, les patients sont hospitalisés, mis au repos, recevant des solutions intraveineuses et des antibiotiques.

 Cependant, environ 20%des personnes qui développent une colite ischémique ont besoin d’une intervention chirurgicale.

Le pronostic pour ceux qui subissent une intervention chirurgicale est malheureusement sombre avec un taux de mortalité de 60%.

Polypectomie (Elimination d’un polype)

Les polypes du colon trouvés lors de la coloscopie sont généralement retirés. Le processus de leur élimination est appelé polypectomie.

Des saignements peuvent se produire suite à une polypectomie, plusieurs jours à plusieurs semaines après le retrait du polype. Cela induira facilement du sang dans les selles.

Ce saignement est appelé saignement retardé post-polypectomie.

Les polypes plus petits(taille 2-3 mm) peuvent être enlevés avec une pince à biopsie. La perte de sang résultant de l’utilisation d’une pince est en général infime et il n’y aura pas de saignement retardé.

Cependant, les polypes plus grands (plus de 5-10 mm) sont généralement enlevés avec un piège électrochirurgical.

Le polype est bouclé dans une caisse claire et un courant électrique passe à travers la caisse claire. Le courant électrique coupe le polype et cautérise (« scelle thermiquement »)le tissu situé à la base des polypes.

10. Quels sont les ulcères peptiques ?

Les ulcères peptiques peuvent facilement causer le sang dans les selles, puisque elles sont des plaies qui se développent dans la muqueuse de l’estomac, du bas de l’œsophage ou de l’intestin grêle.

Ils se forment généralement à la suite d’une inflammation causée par la bactérie H (Helicobacter pylori), ainsi que de l’érosion des acides gastriques.

Les ulcères peptiques sont un problème de santé assez commun.

Il existe trois types d’ulcères peptiques:

• ulcères gastriques: ulcères qui se développent à l’intérieur de l’estomac

• ulcères oesophagiens: ulcères qui se développent à l’intérieur de l’œsophage

• ulcères duodénaux: ulcères qui se développent dans la partie supérieure de l’intestin grêle, appelé duodénum

Symptômes d’ulcères peptiques

Le symptôme le plus courant d’un ulcère gastrique est une douleur abdominale aiguë allant du nombril à la poitrine, pouvant aller de légère à sévère.

Dans certains cas, la douleur peut vous réveiller la nuit.

Les petits ulcères peptiques peuvent ne produire aucun symptôme dans les phases précoces.

Les autres signes courants d’un ulcère peptique incluent:

• changements dans l’appétit

• la nausée

• selles sanglantes ou sombres

• perte de poids inexpliquée

• une indigestion

• vomissements

• douleur de poitrine

VI- Quand devriez-vous voir un médecin ?

Consultez votre médecin si vous avez:

• douleur qui s’aggrave ou qui persiste

• le sang est sombre ou épais

• symptômes qui ne s’améliorent pas dans les deux semaines

• selles noires et collantes (pouvant indiquer un sang digéré)

Consultez immédiatement un médecin si vous vous sentez faible ou étourdi. Vous devriez également consulter un médecin d’urgence si vous saignez beaucoup.

VII- Conclusion

Dans le cas du sang dans les selles, c’est à votre médecin de décider des tests requis dont vous aurez besoin en fonction de vos symptômes et de vos antécédents médicaux. Ces tests peuvent inclure un examen rectal ou une analyse de sang dans les selles pour rechercher des anomalies ou du sang dans le côlon.

Votre médecin peut également prescrire une coloscopie, une sigmoïdoscopie flexible ou une endoscopie pour examiner l’intérieur de votre tube digestif.

Ces tests d’imagerie peuvent rechercher des blocages ou des excroissances anormales.

Le contenu du site Web AvoirLaSante.fr n’est ni destiné ni recommandé en lieu et place du conseil médical, du diagnostic ou du traitement. Demandez toujours conseil à votre médecin ou à un autre professionnel de la santé qualifié pour toute question ou condition médicale.Le contenu du site est juste informatif. Tous droits réservés.

Rectorragie- Perte de sang par l’anus

source:

Ameli.fr

wikipédia

universalis

Fermer le menu