Une embolie pulmonaire est un blocage soudain d’une artère pulmonaire. En effet sa cause en est généralement un caillot sanguin dans la jambe, appelé thrombose veineuse profonde, qui se détache des parois des veines et se rend au poumon dans le sang.

Malgré sa simplicité apparente, l’embolie pulmonaire est une maladie grave qui peut causer

• lésion permanente du poumon atteint

• Faibles taux d’oxygène dans le sang

• Dommages causés à d’autres organes de votre corps par le manque d’oxygène

Malheureusement si le caillot est gros ou s’il y a beaucoup de caillots, une embolie pulmonaire peut entraîner la mort.

Avant le moment fatidique la moitié des personnes qui souffrent d’embolie pulmonaire ne présentent aucun symptôme évident.

 Si symptômes il y a, ils peuvent inclure un essoufflement, une douleur à la poitrine ou une crachine de sang. Les symptômes d’un caillot sanguin comprennent la chaleur, l’enflure, la douleur, la sensibilité et la rougeur de la jambe.

L’objectif principal du traitement est de briser les caillots et d’empêcher la formation d’autres caillots.

Embolie pulmonaire-Schema des poumons atteints

Symptômes d’embolie pulmonaire

Comme on l’a déjà souligné, l’embolie pulmonaire ne provoque pas toujours de symptômes, et ceux-ci peuvent varier d’une personne à l’autre.

La gravité des symptômes dépend de la taille du caillot, de la proportion de vos poumons affectée et de votre état de santé général.

L’embolie pulmonaire peut entraîner :

• essoufflement (qui survient généralement soudainement).

• douleur à la poitrine (qui peut être vive et empirer lorsque vous prenez une profonde respiration, toussez ou mangez).

• toux produisant du mucus sanglant ou strié de sang.

Certaines personnes ont des vertiges, des évanouissements, de la confusion ou des battements de cœur rapides ou irréguliers.

Dans les cas graves, quand une grande partie de la circulation pulmonaire est perturbée, la personne peut s’effondrer et se mettre en état de choc.

Il peut y avoir des symptômes et des signes d’une thrombose veineuse profonde

(TVP ) à l’origine de l’embolie. La TVP peut provoquer un gonflement, une douleur, une rougeur ou une chaleur de la jambe et éventuellement une légère fièvre.


Embolie pulmonaire expliquer en vidéo

Autres symptômes

Les symptômes commencent habituellement soudainement et peuvent inclure:

• Essoufflement soudain.

• Douleur thoracique aiguë, souvent aggravée par la toux ou les mouvements.

• Douleur dans le dos.

• Toux avec ou sans expectorations sanglantes.

•Transpiration excessive.

• Pouls rapide ou respiration.

• étourdissement ou perte de conscience.

• Lèvres bleues ou lits d’ongles.

Si vous avez récemment eu un caillot de sang dans une jambe ou un bras, vous pouvez éprouver :

• Gonflement de la jambe ou du bras affecté.

• Douleur ou sensibilité des jambes pouvant survenir uniquement lorsque vous êtes debout ou que vous marchez.

• Augmentation de la chaleur dans la région enflée ou douloureuse de la jambe ou du bras affecté.

• Rougeur ou décoloration de votre peau.

• Agrandissement des veines superficielles dans la jambe ou le bras affecté.

Qui est à risque d’embolie pulmonaire ?

L’embolie pulmonaire est rare dans la population française en général. Les personnes les plus susceptibles de présenter une embolie pulmonaire sont celles présentant des facteurs de risque de thrombose veineuse profonde (TVP).

 Il existe plusieurs facteurs à risque de TVP.

Âge

Le risque de TVP augmente avec l’âge.

Chirurgie

Certaines opérations présentent un risque élevé de TVP, notamment les chirurgies abdominales majeures et les chirurgies orthopédiques, y compris les opérations de remplacement de grosses articulations telles que la hanche et le genou. Voire notre article sur l’arthrite.

Inactivité

Les personnes qui sont confinées au lit après une opération majeure, une maladie grave ou des blessures courent un risque accru de TVP. Récemment, on s’est beaucoup préoccupé de la façon dont le fait de rester assis à l’étroit sur des vols longs et des trajets en voiture peut augmenter le risque de TVP.

Blessures qui perturbent les vaisseaux sanguins

Les blessures qui endommagent les veines, notamment une jambe cassée, peuvent augmenter le risque de TVP.

Conditions médicales augmentant le risque de coagulation

Les exemples incluent certains types de cancer, les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins (maladie cardiovasculaire), les maladies inflammatoires de l’intestin(colite ulcéreuse ou maladie de Crohn) et certaines maladies héréditaires qui facilitent la coagulation du sang et augmentent donc le risque de TVP.

Obésité

L’excès de poids augmente le risque de caillots sanguins et donc de TVP.

Grossesse et accouchement

Votre sang est plus susceptible de coaguler lorsque vous êtes enceinte que lorsque vous ne l’êtes pas.

Cela est dû au fait que les niveaux de facteurs de coagulation (protéines dans le sang qui aident votre sang à se coaguler lorsque cela est nécessaire) sont augmentés et que l’utérus en croissance (utérus) peut perturber le flux sanguin dans les veines.

Immédiatement après l’accouchement, le risque de TVP est encore plus élevé que pendant la grossesse. Cela est particulièrement vrai après une césarienne.

Certains médicaments

La pilule contraceptive orale combinée (œstrogène et progestérone) et la thérapie de substitution hormonale combinée (également appelée thérapie hormonale) augmentent le risque de TVP.

Fumeur

Fumer augmente le risque de TVP, surtout si vous avez également d’autres facteurs de risque.

Causes rares d’embolie pulmonaire

Parfois, une embolie pulmonaire ne provient pas d’une TVP.

 Dans de tels cas, elle pourrait provenir de:

• une tumeur – des fragments de tumeur peuvent parfois se rompre, pénétrer dans la circulation et se loger dans les artères des poumons.

• une fracture – si des globules de graisse sont libérés de la moelle osseuse dans le sang.

• liquide amniotique – ce liquide entoure le fœtus et peut très rarement pénétrer dans les veines pelviennes puis se loger dans les poumons de la mère lors de l’accouchement.

• une bulle d’air – des bulles d’air peuvent pénétrer dans la circulation chez les plongeurs qui subissent « les coudes », lors de certaines interventions chirurgicales et lors de blessures graves à la poitrine.

Comment traiter une embolie pulmonaire?

Si vous avez besoin d’un traitement pour une embolie pulmonaire, vous l’obtiendrez presque toujours à l’hôpital. En France, on a les meilleurs hôpitaux au monde.

Si votre caillot est diagnostiqué gros, vous serez immédiatement hospitalisé.

Sinon votre médecin, s’il voit qu’il ne présente qu’un risque très faible, il vous prescrira surement un traitement adéquat.

Prendre des anticoagulants

Le traitement principal pour l’embolie pulmonaire est un anticoagulant.

C’est un médicament qui provoque des modifications chimiques dans votre sang pour l’empêcher de se coaguler facilement et se fluidifier.

 Ce médicament empêchera le caillot de grossir pendant que votre corps l’absorbe lentement. Cela réduit également le risque de formation de caillots supplémentaires.

Il existe de nombreux types d’anticoagulants et médecin vous en donnera surement le meilleur.

Par contre votre premier traitement est susceptible d’être injecté, puis vous prendrez éventuellement des comprimés.

Il vous sera généralement recommandé de prendre ces médicaments pendant au moins 3 mois pour prévenir les caillots sanguins.

Certaines personnes doivent les prendre plus longtemps ou indéfiniment. Par exemple, il peut être conseillé aux personnes atteintes d’embolie pulmonaire, de caillots récurrents ou d’un caillot non provoqué mettant en jeu le pronostic vital, de rester avec le médicament pendant le reste de leur vie.

Effets secondaires

Comme tous les médicaments, les anticoagulants peuvent avoir des effets secondaires, lesquels varient d’une personne à l’autre.

L’un des problèmes les plus importants est le saignement plus facile et excessif. Pour cette raison, si on vous prescrit un anticoagulant, vous devrez peut-être passer des tests sanguins réguliers pour s’assurer que vous preniez la meilleure dose.

 Il existe de nouveaux comprimés anticoagulants qui ne nécessitent pas de tests sanguins réguliers. Votre médecin veillera à ce que vous preniez le meilleur médicament pour vous et votre état.

Les anticoagulants interagissent avec de nombreux autres médicaments, notamment les plantes médicinales. Ils peuvent être affectés par l’alcool et certains aliments.

Votre médecin, votre infirmière et votre pharmacien peuvent vous aider à gérer vos médicaments.

Dans les cas plus graves d’embolie pulmonaire, d’autres traitements peuvent être nécessaires pour retirer ou dissoudre un caillot. Cela pourrait être fait avec des médicaments appelés thrombotiques, ou même nécessiter, moins fréquemment bien sûr, la chirurgie.

comment se forme le caillot dans une embolie pulmonaire
formation du caillot dans une veine

Récupération d’une embolie pulmonaire

Souvent, votre médecin suivra votre embolie.

 Mais il est conseillé de retourner plus souvent dans un service de thrombose basé dans un hôpital. C’est pour s’assurer que vous comprenez bien toute l’information et que le médicament que vous prenez ne présente aucun danger.

La plupart des gens sont traités pour une embolie pulmonaire pendant au moins 3 mois et certains cas difficile, ils peuvent être traités pour le reste de leur vie.

Combien de temps vais-je me sentir essoufflé ?

Il est courant de se sentir essoufflé pendant quelques semaines ou quelques mois après une embolie pulmonaire.

 Mais si ces symptômes durent plus de 2 mois, consultez rapidement un professionnel de la santé.

Si vous vivez déjà avec une maladie qui vous rendait essoufflé avant le caillot, il est peu probable que votre essoufflement soit amélioré.

De nombreuses affections peuvent provoquer une sensation d’essoufflement après une embolie pulmonaire. Et c’est à votre médecin de vérifier que ce n’est pas une hypertension pulmonaire.

L’embolie pulmonaire par le Pr Olivier Sachez

Que se passe-t-il quand mon traitement se termine ?

À la fin du traitement, votre médecin pourra vous suggérer de procéder à d’autres analyses pour déterminer s’il y a encore une raison pour la formation d’autres nouveaux caillots.

Très rarement, il pourrait y avoir des antécédents familiaux de caillots. Si c’est le cas, demandez à votre médecin de vous faire faire plus souvent des examens.

Chirurgie pour une embolie pulmonaire

Le retrait d’un caillot s’appelle une embolectomie.

Une embolectomie peut se pratiquer par une intervention chirurgicale.

Elle peut l’être aussi par une procédure mini-invasive utilisant un cathéter (un tube fin guidé dans un vaisseau sanguin). Ce type de traitement de l’embolie pulmonaire n’est utilisé que dans de rares cas.

 Il est fortement conseillé pour les personnes qui ne peuvent pas recevoir d’autres types de traitement ou celles dont le caillot est si dangereux qu’elles ne peuvent attendre que les médicaments agissent, de choisir la chirurgie. L’ embolectomie peut également être une option pour une personne dont l’état est stable mais qui présente des signes de réduction significative du flux sanguin dans l’artère pulmonaire.

C’est quoi le risque ?

La chirurgie augmente le risque de formation de nouveaux caillots sanguins, qui peuvent à leur tour causer une autre embolie pulmonaire.

embolie pulmonaire- caillot dans la jambe qui se déplace vers les poumons
Caillot dans le sang

L’embolie pulmonaire peut-elle causer la mort?

La survie du patient dépend de:

• la santé sous-jacente du patient.

• la taille du caillot.

• la cause de l’embolie pulmonaire.

• la difficulté dans certains cas d’établir un diagnostic et d’initier un traitement.

Le diagnostic est souvent difficile et on estime à plusieurs milliers le nombre d’emboles pulmonaires non diagnostiqués chaque année en France.

Chez les patients où le diagnostic est fait, le taux de mortalité est inférieur à 20% lorsque les patients sont pris en charge. Notre système de santé reste l’un des plus performant au monde, malgré toutes les insuffisances. Ce qui implique que le risque de mortalité est bien moindre chez la plupart des patients.

L’incidence la plus élevée de décès survient chez les patients plus âgés, qui présentent d’autres maladies sous-jacentes ou dont le diagnostic est retardé.

Peut-on prévenir l’embolie pulmonaire?

Minimiser le risque de thrombose veineuse profonde minimise le risque d’embolie pulmonaire. En général l’embolie ne peut pas se produire sans la TVP initiale.

• En milieu hospitalier, le personnel infirmier (l’un des plus performant en Europe, malgré…) s’efforce de minimiser le risque de formation de caillots chez les patients immobilisés. Les bas de compression sont couramment utilisés. Les patients qui subissent une intervention chirurgicale marchent plus tôt hors du lit (ambulatoire) et l’héparine ou l’énoxaparine à faible dose est utilisée pour la prophylaxie de la thrombose veineuse profonde (mesures prises pour prévenir la thrombose veineuse profonde).

• Pour ceux qui voyagent, il est recommandé de se lever et de marcher toutes les deux heures lors d’un long voyage. ( Que ça soit en avion ou en bus)

• Les bas de compression peuvent être utiles pour prévenir la formation future de thrombus veineux profond chez les patients ayant des antécédents de caillot.

• Le tabagisme est un facteur à risque de formation de TVP, en particulier chez les femmes prenant la pilule contraceptive.

Existe-t-il différents types d’embolies pulmonaires ?

Le type le plus courant d’EP est un caillot de sang.

 Il est possible que tout ce qui pénètre dans la circulation sanguine et se loge ensuite dans les petites artères pulmonaires soit une embolie pulmonaire. Par exemple la graisse de la moelle osseuse d’un os cassé, une partie d’une tumeur ou d’un autre tissu, ou des bulles d’air.

L’embolie survient rarement pendant la grossesse. Généralement, c’est lors de l’accouchement ou immédiatement après la naissance du bébé. Une partie du liquide amniotique qui entoure le bébé pénètre dans le sang de la mère et se rend aux poumons.

L’embolie pulmonaire en Chiffres

Selon les estimations les cas d’embolie pulmonaire en France est aux environs des 100 000 cas par an, dont 10 000 à 20 000  sont mortels. 

Conclusion :

-L’embolie pulmonaire est principalement dû à une thrombose veineuse profonde.

-Elle est traité par un médicament anticoagulant si le caillot est petit.

– Sinon une chirurgie est nécessaire pour les cas les plus dur. (Gros caillot)

– Le risque de mortalité pour les patients traités est moindre surtout s’il n’y a pas de maladies adjacentes.

-Au cas où vous avez les symptômes mentionnés en haut, consultez rapidement.

Source:

ameli

le souffle.org

infirmiers

sante romande

eurekasante vidal

Le contenu du site Web AvoirLaSante.fr n’est ni destiné ni recommandé en lieu et place du conseil médical, du diagnostic ou du traitement. Demandez toujours conseil à votre médecin ou à un autre professionnel de la santé qualifié pour toute question ou condition médicale. Le contenu du site est juste informatif. Tous droits réservés.

Fermer le menu