La maladie d’Alzheimer est le type de démence le plus courant. Nous allons étudier dans cet article ses symptômes, ses causes et son traitement (même si vraiment il est difficile de dire traitement pour les soins de ralentissement de la maladie). Nous verrons aussi son évolution de l’état précoce au stade final.

 La maladie est évolutive, commençant par une légère perte de mémoire, pouvant entraîner une perte de capacité de conversation et de réponse à l’environnement.

 Elle implique les parties du cerveau qui contrôlent la pensée, la mémoire et le langage.

 Et peut sérieusement affecter la capacité d’une personne à effectuer ses activités quotidiennes les plus rudimentaires.

Bien que les scientifiques en apprennent davantage chaque jour, ils ne savent toujours pas ce qui cause la maladie d’Alzheimer.

Les changements dans le cerveau

 Les scientifiques continuent au fil des années à comprendre les modifications complexes du cerveau impliquées dans l’apparition et la progression de la maladie d’Alzheimer.

Il semble probable que les dommages au cerveau commencent une décennie ou plus avant que la mémoire et d’autres problèmes cognitifs n’apparaissent.

Au cours de cette phase pré-clinique de la maladie d’Alzheimer, les personnes semblent ne présenter aucun symptôme, mais des modifications toxiques se produisent dans le cerveau. Des dépôts anormaux de protéines forment des plaques amyloïdes et des enchevêtrements de tau dans tout le cerveau. Des neurones jadis en bonne santé cessent de fonctionner, perdent la connexion avec d’autres neurones et meurent.

Les dommages semblent initialement se produire dans l’hippocampe, la partie du cerveau essentielle à la formation de souvenirs.

À mesure que davantage de neurones meurent, d’autres parties du cerveau sont affectées et commencent à se contracter.

Au stade final de la maladie d’Alzheimer, les dommages sont généralisés et le tissu cérébral s’est considérablement contracté.

maladie d'Alzheimer- dégénérescence du cerveau
maladie d’Alzheimer neurodégénérative

Qui est affecté par Alzheimer?

La maladie d’Alzheimer est plus fréquente chez les personnes de plus de 65 ans.

Le risque de maladie d’Alzheimer et d’autres types de démence augmente avec l’âge, touchant environ 1 personne sur 14 âgée de plus de 65 ans et 1 personne sur 6 âgée de plus de 80 ans.

Mais environ un cas de maladie d’Alzheimer sur 20 concerne des personnes âgées de 40 à 65 ans. On parle alors de maladie d’Alzheimer précoce.

Causes et facteurs de risque

Comme tous les types de démence, la maladie d’Alzheimer est provoquée par la mort des cellules cérébrales.

C’est une maladie neurodégénérative, ce qui signifie qu’il y a une mort progressive des cellules cérébrales qui se produit avec le temps.

Chez une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, le tissu contient de moins en moins de cellules nerveuses et de connexions.

Les autopsies ont montré que le tissu nerveux dans le cerveau d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer présente de minuscules dépôts, appelés plaques et enchevêtrements, qui s’accumulent sur le tissu.

Les plaques se trouvent entre les cellules cérébrales mourantes et sont fabriquées à partir d’une protéine connue sous le nom de bêta-amyloïde.

Les enchevêtrements se produisent dans les cellules nerveuses et sont fabriqués à partir d’une autre protéine appelée tau.

Les chercheurs ne comprennent pas bien pourquoi ces changements se produisent.

 On pense que plusieurs facteurs différents sont impliqués.

Facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer

Les facteurs de risque inévitables pour développer cette maladie sont :

• vieillissement

• une histoire familiale de la maladie d’Alzheimer, portant certains gènes

Les facteurs modifiables pouvant aider à prévenir la maladie d’Alzheimer sont:

• faire de l’exercice régulièrement

• maintenir un système cardiovasculaire sain

• gérer le risque de maladie cardiovasculaire, de diabète, d’obésité, de tabagisme et d’hypertension artérielle

• suivre un régime alimentaire varié et sain

• participer à l’apprentissage tout au long de la vie et à la formation cognitive

Certaines études suggèrent que rester engagé mentalement et socialement pourrait éventuellement réduire le risque de maladie d’Alzheimer.

Obtenir un diagnostic

Au fur et à mesure que les symptômes de la maladie d’Alzheimer progressent, il devient de plus en plus difficile au malade atteint de reconnaître qu’il existe un problème. Beaucoup de gens pensent que les problèmes de mémoire font simplement partie du vieillissement.

En outre, le processus pathologique lui-même peut (mais pas toujours) empêcher les personnes de reconnaître les changements dans leur mémoire. Mais la maladie d’Alzheimer n’est pas une partie « normale » du processus de vieillissement.

Un diagnostic précis et opportun (précoce) de la maladie d’Alzheimer peut vous donner les meilleures chances de préparer et de planifier l’avenir, ainsi que de recevoir tout traitement ou soutien susceptible de vous aider.

Si vous vous inquiétez pour votre mémoire ou si vous pensez être atteint de démence, rien ne vous empêche de consulter discrètement votre médecin traitant.

Si c’est possible, une personne de votre entourage et qui vous connaît parfaitement devrait vous accompagner, car elle peut vous aider à décrire les changements ou les problèmes constatés.

Si vous vous inquiétez pour la santé de quelqu’un d’autre, encouragez-le à aller voir le médecin et peut-être lui suggérons de l’accompagner.

Il n’y a pas de test unique permettant à lui seul de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer. Aussi il est important de souligner que les problèmes de mémoire ne signifient pas nécessairement que vous êtes atteint de la maladie d’Alzheimer.

Votre médecin saura vous poser les questions adéquates sur les problèmes que vous rencontrez et pourrait effectuer plusieurs tests pour éliminer d’autres possibilités.

En cas de suspicion de maladie d’Alzheimer, vous pouvez être dirigé vers un service spécialisé de l’hôpital pour:

  • • évaluer vos symptômes plus en détail
  • • faire des tests supplémentaires, tels que des analyses sur le cerveau
  • • créer un plan de traitement et de soins

Stades d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie évolutive, ce qui signifie que les symptômes vont s’aggraver au fil du temps. Alzheimer se décompose en sept grandes étapes différentes :

• Étape 1: Il n’y a aucun symptôme à ce stade, mais il pourrait y avoir un diagnostic précoce basé sur les antécédents familiaux.

• Étape 2: Les premiers symptômes apparaissent, tels que l’oubli.

• Étape 3: Des déficiences physiques et mentales légères apparaissent, telles qu’une mémoire et une concentration réduites. Ceux-ci ne peuvent être remarqués que par une personne très proche de la personne.

• Étape 4: on diagnostique souvent la maladie d’Alzheimer à ce stade, mais elle est toujours considérée comme bénigne. La perte de mémoire et l’incapacité à effectuer les tâches quotidiennes sont évidentes.

• Stade 5: Les symptômes modérés à sévères nécessitent l’aide de proches ou d’aides soignants.

• Étape 6: à cette étape, une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer peut avoir besoin d’aide pour des tâches de base, telles que manger et mettre des vêtements.

• Étape 7: Il s’agit de l’étape la plus grave et la plus avancée d’Alzheimer. Il peut y avoir une perte de la parole et des expressions faciales.

Il faut aussi préciser qu’à mesure qu’une personne franchit ces étapes, elle aura besoin de plus en plus de l’aide d’un soignant

maladie d'Alzheimer- les neurones
Maladie d’Alzheimer- transmission des signaux neuronaux

Symptômes d’Alzheimer

Le symptôme précoce le plus courant de la maladie d’Alzheimer est la difficulté à se souvenir des informations fraichement acquises.

Tout d’ailleurs tout le reste de notre corps, notre cerveau change avec l’âge. La plupart d’entre nous ont fini par remarquer un ralentissement de la pensée et des problèmes occasionnels pour se souvenir de certaines choses. Cependant, de graves pertes de mémoire, de la confusion et d’autres changements majeurs dans le fonctionnement de notre esprit peuvent indiquer que les cellules du cerveau sont en panne.

Le symptôme précoce le plus courant de la maladie d’Alzheimer, comme on l’a souligné, est la difficulté à se souvenir des informations nouvellement acquises, car les modifications de la maladie d’Alzheimer commencent généralement dans la partie du cerveau qui affecte l’apprentissage.

Au fur et à mesure que la maladie d’Alzheimer progresse dans le cerveau, elle entraîne des symptômes de plus en plus graves, notamment une désorientation, des changements d’humeur et de comportement ; confusion accrue sur les événements, le temps et le lieu; suspicions sans fondement concernant la famille, les amis et les aides soignants; perte de mémoire et changements de comportement plus graves; et difficulté à parler, à avaler et à marcher.

Les personnes ayant une perte de mémoire ou d’autres signes possibles de la maladie d’Alzheimer peuvent avoir du mal à reconnaître qu’elles ont un problème.

 Les signes de démence peuvent être plus évidents pour les membres de la famille ou les amis.

Toute personne présentant ces symptômes de démence doit consulter en urgence un médecin.

Il ne faut surtout pas oublier que le diagnostic précoce et les méthodes de traitement s’améliorent considérablement, et que la science est en nette progression dans tous les domaines médicaux, ce qui nous donne beaucoup d’espoir pour au moins l’amélioration, ou du moins le ralentissement de l’avancée de la maladie.

Les effets de la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie mortelle qui affecte tous les aspects de la vie d’une personne : son mode de pensée, son ressenti et son comportement. Chaque personne est touchée différemment. Il est difficile de prévoir les symptômes, leur ordre d’apparition ou la vitesse de leur progression.

Vous trouverez ci-dessous certains des changements auxquels vous pouvez vous attendre à mesure que la maladie progresse.

Capacités cognitives et fonctionnelles :

La capacité d’une personne à comprendre, à penser, à se souvenir et à communiquer sera affectée. Cela pourrait avoir une incidence sur la capacité d’une personne à prendre des décisions, à effectuer des tâches simples ou à suivre une conversation. Parfois, les gens s’égarent ou font l’expérience de la confusion et de la perte de mémoire, initialement pour des événements récents et finalement pour des événements à long terme.

Émotions et humeurs:

Une personne peut sembler apathique et perdre tout intérêt pour ses loisirs préférés. Certaines personnes deviennent moins expressives et recroquevillées sur elles-mêmes. Voire notre article sur comment bien vieillir et vivre plus longtemps en bonne santé.

Comportement:

 Une personne atteinte peut avoir des réactions qui semblent complètement contraire à son caractère d’avant. Certaines réactions courantes incluent la répétition de la même action ou des mêmes mots, cacher des trucs sans importance, des crises d’énervement et de l’agitation.

Capacités physiques:

La maladie peut affecter la coordination et la mobilité d’une personne, au point d’affecter sa capacité à effectuer des tâches quotidiennes les plus simples telles que manger, se laver et se vêtir.

Traitement de la maladie d’Alzheimer 

Comme on l’a déjà mentionné plus haut, il n’existe aucun traitement curatif de la maladie d’Alzheimer, ainsi qu’aucun moyen de ralentir sa progression. Des médicaments tels que la tacrine peuvent atténuer certains symptômes cognitifs chez certaines personnes au stade précoce ou moyen de la maladie.

Aricept (donépézil) et Exelon (rivastigmine) sont des inhibiteurs de l’acétylcholinestérase réversibles qui sont indiqués dans le traitement de la démence légère à modérée de type Alzheimer.

Ces médicaments (appelés inhibiteurs de la cholinestérase) agissent en augmentant les niveaux cérébraux du neurotransmetteur acétylcholine, aidant ainsi à rétablir la communication entre les cellules du cerveau.

Certains médicaments peuvent aider à contrôler les symptômes comportementaux tels que l’insomnie, l’agitation, l’errance, l’anxiété et la dépression. Ces traitements visent à rendre le patient plus confortable.

Dans la mesure du possible, le patient doit suivre une routine d’exercice régulier et sans danger, maintenir des contacts sociaux normaux avec sa famille et ses amis et poursuivre ses activités intellectuelles.

Bien qu’aucun médicament n’est capable de soigner la maladie d’Alzheimer, les inhibiteurs de la cholinestérase peuvent améliorer les performances des activités quotidiennes ou atténuer les problèmes de comportement.

Les médicaments actuellement utilisés pour le traitement de la maladie d’Alzheimer sont les œstrogènes, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, la vitamine E, la sélégiline (Carbex, Eldepryl) et le produit à base de plantes, le gingko biloba et quelques fois la spiruline.

Existe-t-il une prévention

À l’heure actuelle, il n’existe aucun moyen éprouvé de prévenir la maladie d’Alzheimer. La recherche sur les stratégies de prévention est en cours. Les preuves les plus solides à ce jour suggèrent que vous pourriez être en mesure de réduire votre risque de maladie d’Alzheimer en réduisant votre risque de maladie cardiaque.

Plusieurs des facteurs qui augmentent votre risque de maladie cardiaque peuvent également augmenter votre risque de maladie d’Alzheimer et de démence vasculaire. L’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, l’excès de poids et le diabète peuvent être des facteurs importants.

Le régime méditerranéen – une façon de manger qui met l’accent sur les produits frais, les huiles saines et les aliments faibles en gras saturés – peut réduire le risque de décès par maladie cardiovasculaire et accident vasculaire cérébral. Ce régime a également été associé à un risque réduit de maladie d’Alzheimer.

Rester actif – physiquement, mentalement et socialement – peut rendre votre vie plus agréable et peut également aider à réduire le risque de maladie d’Alzheimer.

Questions à poser à votre médecin

Rédiger une liste de questions peut vous aider à tirer le meilleur parti de votre rendez-vous. Si votre médecin vous fait part de préoccupations concernant la maladie d’Alzheimer, voici quelques questions à poser:

• Mon degré de changement de mémoire est-il normal pour une personne de mon âge?

• Si non, pensez-vous que mes symptômes pourraient être dus à la maladie d’Alzheimer?

• De quels tests ai-je besoin?

• Si mon diagnostic est la maladie d’Alzheimer, allez-vous ou un autre médecin prendre en charge mes soins en cours? Pouvez-vous m’aider à mettre en place un plan de soins continus?

• Quels traitements ou programmes sont disponibles? Quelle est l’efficacité de ces traitements?

• Les médicaments aideront-ils? Quels sont les effets secondaires possibles?

• Y a-t-il des essais cliniques de traitements expérimentaux à considérer?

• Comment ma maladie évoluera-t-elle avec le temps?

• Mes nouveaux symptômes vont-ils affecter la façon dont je gère mes autres problèmes de santé?

• Avez-vous des brochures ou d’autres documents imprimés que je peux emporter avec moi à la maison?

À quoi s’attendre de votre médecin

Votre médecin peut est également avoir des questions à vous poser. Si vous êtes déjà prêt à répondre, cela vous fera gagner du temps pour se concentrer sur les points que vous souhaitez aborder en profondeur.

Votre médecin peut vous demander:

• Quels types de problèmes de mémoire et de défaillances mentales rencontrez-vous? Quand les avez-vous remarqués pour la première fois?

• S’aggravent-ils régulièrement ou sont-ils parfois meilleurs et parfois pires?

• Avez-vous cessé certaines activités, comme la gestion des finances ou les achats, parce que ces activités étaient trop stimulantes sur le plan mental?

• Vous sentez-vous plus triste ou plus anxieux que d’habitude?

• Vous êtes-vous perdu récemment sur un parcours routier ou dans une situation que vous connaissez habituellement?

• Quelqu’un a-t-il exprimé une préoccupation inhabituelle concernant votre conduite?

• Avez-vous remarqué des changements dans votre façon de réagir aux personnes ou aux événements?

• Avez-vous plus d’énergie que d’habitude, moins que d’habitude ou à peu près la même chose?

• Quels médicaments prenez-vous? Prenez-vous des vitamines ou des suppléments?

•Est ce que vous buvez de l’alcool ? Si oui, combien ?

• Avez-vous remarqué des tremblements de vos membres ou des difficultés à marcher?

• Avez-vous de la difficulté à vous rappeler vos rendez-vous, par exemple celui avec le médecin ou le moment de prendre vos médicaments?

• Avez-vous eu votre audition et votre vision récemment testés?

• Est-ce que quelqu’un d’autre dans votre famille a déjà eu des problèmes de mémoire? At-on déjà diagnostiqué la maladie d’Alzheimer ou la démence chez quelqu’un?

• Est-ce que vous exprimez physiquement vos rêves en dormant (coup de poing, crier…)? Est-ce que vous ronflez?

• Etes-vous déprimé ? Comment est votre humeur ?

Contexte historique

En 1901, un psychiatre allemand, Alois Alzheimer, observa une patiente de l’asile de Francfort, Mme Auguste D.. Cette femme de 51 ans souffrait d’une perte de mémoire à court terme, parmi d’autres symptômes comportementaux qui intriguaient le Dr Alzheimer. Cinq ans plus tard, en avril 1906, la patiente mourut et le Dr Alzheimer envoya son cerveau et ses dossiers médicaux à Munich, où il travaillait dans le laboratoire du Dr Emil Kraeplin. En colorant des sections de son cerveau au laboratoire, il a pu identifier des plaques amyloïdes et des enchevêtrements neurofibrillaires.

Un discours prononcé par le Dr Alzheimer le 3 novembre 1906 était la première présentation simultanée de la pathologie et des symptômes cliniques de la maladie, alors dénommée démence présénile. Alzheimer publia ses découvertes en 1907.

De quoi il en est aujourd’hui ?

Au cours des 15 à 20 dernières années, des progrès considérables ont été réalisés dans la compréhension de la neurogénétique et de la physiopathologie de la MA ( voire Physiopathologie et étiologie). Quatre gènes différents ont été définitivement associés à la maladie d’Alzheimer, et d’autres ayant un rôle probable ont été identifiés.

Les mécanismes par lesquels une modification du métabolisme des protéines amyloïdes et des protéines tau, une inflammation, un stress oxydatif et des modifications hormonales peuvent entraîner une dégénérescence neuronale dans la MA sont en cours d’élucidation et des interventions pharmacologiques rationnelles basées sur ces découvertes sont en cours de développement.

Évaluation cognitive

Pour confirmer un diagnostic de maladie d’Alzheimer, les éléments suivants doivent être présents et suffisamment graves pour avoir une incidence sur les activités quotidiennes:

• perte de mémoire progressive

• déficience cognitive progressive

Les questions qui peuvent être posées pour tester la capacité cognitive incluent:

• Quel âge avez-vous?

• Quelle est l’heure, à l’heure la plus proche?

• Quelle est l’année?

• Quel est le nom de l’hôpital ou de la ville dans laquelle nous nous trouvons?

• Pouvez-vous reconnaître deux personnes, par exemple le médecin, l’infirmière ou un élément du personnel soignant?

• Quelle est votre date de naissance?

• En quelle année (un événement historique bien connu) s’est-il produit?

• Nommez le président.

• Comptez en arrière de 20 à 1

• Répétez une adresse à la fin du test que je vais vous donner maintenant (par exemple, « 15 boulevard des champs Elysées »)

D’autres outils d’évaluation sont disponibles pour évaluer en profondeur la fonction cognitive.

Conclusion

La maladie d’Alzheimer est une maladie compliquée dans laquelle il existe de nombreuses variables inconnues. Ce que l’on sait, c’est que la maladie s’aggrave avec le temps, mais les traitements existant à l’heure actuelle peuvent aider à ralentir la progression des symptômes et à améliorer votre qualité de vie.

Si vous pensez que vous-même ou un proche pouvez être atteint de la maladie d’Alzheimer, commencez par en parler avec votre médecin traitant. Ils peuvent vous aider à établir un diagnostic, discuter de vos attentes et vous mettre en contact avec des services compétents qui vous fourniront sans aucun doute l’assistance nécessaire.


Mécanismes et secrets de la maladie d’Alzheimer

Le contenu du site Web AvoirLaSante.fr n’est ni destiné ni recommandé en lieu et place du conseil médical, du diagnostic ou du traitement. Demandez toujours conseil à votre médecin ou à un autre professionnel de la santé qualifié pour toute question ou condition médicale.Le contenu du site est juste informatif. Tous droits réservés.

Source:

Ligue Alzheimer ASBL

HAS

Santé Alzheimer canada

Fermer le menu