Hyperthyroïdie & hypothyroïdie
Hypothyroïdie & hyperthyroïdie

La maladie de Basedow est un trouble du système immunitaire qui entraîne une surproduction d’hormones thyroïdiennes (hyperthyroïdie), appelée aussi
goitre exophtalmique. Bien que plusieurs troubles puissent entraîner une hyperthyroïdie, la maladie de Basedow reste l’une des causes les plus fréquente.

Étant donné que les hormones thyroïdiennes affectent différentes parties du corps, les signes et symptômes associés à la maladie de Basedow peuvent être très variés et avoir une influence considérable sur votre bien-être général. Bien que la maladie de Basedow puisse toucher n’importe qui, elle est plus fréquente chez les femmes et généralement elle se produit avant l’âge de 40 ans.

Les objectifs principaux du traitement sont d’inhiber la surproduction d’hormones thyroïdiennes et de diminuer la gravité des symptômes.

Un mauvais dosage de l’iode lors du traitement peut entraîner une diminution drastique de la production des hormones thyroïdiennes, ce qu’on appelle une hypothyroïdie: qui est une maladie en soi.

Qu’est-ce que la glande thyroïde?

La glande thyroïde est une petite glande en forme de papillon située à l’avant du cou. Elle fabrique les hormones thyroïdiennes appelées triiodothyronine (T3) et thyroxine (T4). La thyroïde transforme T4 en T3, qui est l’hormone thyroïdienne la plus active.

T4 et T3 ont des tâches importantes dans le corps. Ces hormones aident à réguler la croissance et le développement du cerveau, la fréquence cardiaque, la température corporelle et la digestion. Elles aident également à contrôler le fonctionnement de beaucoup de vos organes, par exemple les menstruations.

Quels sont les symptômes de la maladie de Basedow?

Hyperthyroïdie et Maladie de Basedow

Dans l’hyperthyroïdie, chaque fonction de votre corps peut être accélérée. Parmi les symptômes de l’hyperthyroïdie, on compte un cœur qui s’emballe, une irritabilité, une nervosité, des tremblements de la main et une faiblesse des muscles. Les autres symptômes incluent:

Le goitre :

Ceci est un autre nom pour une glande thyroïde élargie. Il peut apparaître comme un gonflement à l’avant du cou. Les goitres causés par la maladie de basedow (goitres thyréotoxiques diffus) peuvent être petits ou grands. Les goitres peuvent vous causer de la difficulté à avaler, vous faire tousser (s’il est assez gros) et causer des troubles du sommeil.

Maladies oculaires :

Ces maladies comprennent l’ophtalmopathie Basedowienne, c’est le gonflement des yeux et le gonflement des tissus entourant les yeux. Les symptômes oculaires peuvent apparaître environ 6 mois avant le diagnostic de la maladie de Basedow. (Cependant, ils peuvent survenir sans que la thyroïde ne devienne jamais anormale, ainsi que des années avant ou après l’hyperthyroïdie.) Les premiers signes de problèmes oculaires comprennent une inflammation des yeux ou une vision double.

Maladie de peau :

Un épaississement grumeleux et rougeâtre de la peau devant les tibias peut se former dans de rares cas. La maladie est connue sous le nom de myxoedème prétibial. Le plus souvent, la condition est indolore et relativement douce. Cependant, il peut causer de la douleur et est généralement traité et diagnostiqué par un dermatologue. Pour voir une autre maladie de la peau, vous pouvez consulter notre article sur le Lupus.

Quels sont les problèmes oculaires causés par la maladie de Graves?

La maladie de Basedow est un trouble qui entraîne une production excessive de certaines hormones dans la glande thyroïde – une maladie appelée hyperthyroïdie. Outre la perte de poids, une accélération du rythme cardiaque, l’hypertension artérielle et l’irritabilité, entre autres symptômes, elle peut également amener le système immunitaire à attaquer par erreur des cellules saines. Chez certaines personnes, les muscles et les tissus autour des yeux sont ciblés.

Environ la moitié des personnes atteintes de la maladie de basedow ont des problèmes oculaires et certaines ont des problèmes de vision graves. Les experts pensent que cela se produit car les tissus de vos yeux contiennent des protéines similaires à celles de votre thyroïde. Le problème est connu sous le nom de maladie oculaire de basedow ou ophtalmopathie basedowienne.

Les causes de la maladie de Basedow

La maladie de Basedow est considérée comme une maladie auto-immune, mais d’autres facteurs peuvent contribuer à son développement, notamment des facteurs génétiques, environnementaux ou autres.

Les maladies auto-immunes se produisent lorsque le système immunitaire du corps attaque par erreur des tissus sains. Le système immunitaire produit normalement des protéines spécialisées appelées anticorps. Les anticorps réagissent contre des substances étrangères (bactéries, virus, toxines, par exemple) présentes dans l’organisme, entraînant leur destruction. Les anticorps peuvent tuer directement les micro-organismes ou les enrober, de sorte qu’ils sont plus facilement détruits par les globules blancs. Des anticorps spécifiques sont créés en réponse à des matériaux ou des substances spécifiques. Une substance qui stimule la production d’un anticorps s’appelle un antigène.

Cas de Basedow

Dans le cas de la maladie de Basedow, le système immunitaire crée un anticorps anormal appelé immunoglobuline stimulant la thyroïde. Cet anticorps imite la fonction de la thyréostimuline normale. Il se fixe à la surface des cellules thyroïdiennes et les active pour produire des hormones thyroïdiennes, ce qui entraîne une surproduction de ces hormones (thyroïde hyperactive). Dans l’ophtalmopathie de basedow, comme on l’a souligné au-dessus, ces anticorps peuvent également affecter les cellules entourant les yeux.

Les individus affectés peuvent avoir une susceptibilité génétique à la maladie de basedow. Cette maladie de la thyroïde ne peut s’exprimée que si elle est déclenchée ou «activée» dans certaines circonstances, par exemple en raison de facteurs environnementaux particuliers.

Différents gènes liés à la maladie de Basedow ont été identifiés, notamment des gènes qui affaiblissent ou modifient la réponse du système immunitaire (immunomodulateurs), tels que CD25, CD40, CD40, CTLA-4, FOXP3 et divers gènes HLA, notamment HLA. DR3.

Des gènes directement liés à la fonction thyroïdienne, tels que les gènes du récepteur de la thyroglobuline (Tg) ou du récepteur de l’hormone stimulant la thyroïde (TSHR), ont également été liés à la maladie de Basedow. Le gène Tg produit la thyroglobuline, une protéine que l’on ne trouve que dans les tissus thyroïdiens et qui joue un rôle dans la production d’hormones thyroïdiennes. Le gène TSHR produit une protéine qui est un récepteur et se lie à l’hormone stimulant la thyroïde.

Il est à noter que la manière exacte sous-jacente selon laquelle les facteurs génétiques et environnementaux interagissent pour causer la maladie de Basedow n’est pas entièrement comprise. D’autres facteurs génétiques, appelés gènes modificateurs, peuvent jouer un rôle dans le développement ou l’expression de la maladie de Basedow.

Facteurs environnementaux

Les facteurs environnementaux pouvant déclencher le développement de la maladie de basedow comprennent le stress émotionnel ou physique extrême, l’infection ou la grossesse. Les personnes qui fument risquent davantage de développer la maladie de basedow et l’ophtalmopathie. Les personnes souffrant d’autres troubles dus à un dysfonctionnement du système immunitaire, telles que le diabète de type 1 ou la polyarthrite rhumatoïde, courent un plus grand risque de contracter cette maladie de la thyroïde.

Comment la maladie de Basedow est-elle diagnostiquée?

Le diagnostic se déroule en deux parties:

La suractivité de la glande thyroïde peut être évaluée par un test sanguin afin de vérifier la fonction thyroïdienne et de mesurer le taux d’hormones thyroïdiennes dans le sang. Cela inclurait diverses combinaisons d’hormone stimulant la thyroïde (l’hormone messagère du cerveau), de thyroxine libre et de triiodothyronine libre. En règle générale, les taux d’hormone stimulant la thyroïde et de thyroxine libre sont vérifiés.

La maladie de Basedow peut être confirmée en mesurant les anticorps thyroïdiens (anticorps anti-récepteurs de la thyroïde stimulant la thyroïde) ou par une analyse spéciale de la thyroïde appelée analyse isotopique (elle est différente de l’échographie). Cependant, le diagnostic découle généralement des symptômes et, à de nombreuses reprises, ces tests supplémentaires peuvent ne pas être nécessaires.

Habituellement, ces tests sont tous effectués en ambulatoire.

Traitement de la maladie de Basedow

Nous tenons à vous rappeler qu’une gestion appropriée de l’hyperthyroïdie nécessite une évaluation minutieuse et des soins continus par un médecin expérimenté dans le traitement de cette affection complexe.

Avant le développement des options de traitement actuelles, le taux de mortalité par hyperthyroïdie pouvait atteindre les 50% des personnes affectées. Aujourd’hui, grâce à plusieurs traitements efficaces qui sont disponibles en France et, avec une gestion appropriée avec l’aide d’un bon spécialiste, le décès par hyperthyroïdie est rare. Le choix du traitement dépend de la cause de l’hyperthyroïdie, de sa gravité et des autres affections présentes.

Médicaments antithyroïdiens

Ils existent deux médicaments sont disponibles pour traiter l’hyperthyroïdie: le propylthiouracile (PTU) et le méthimazole (Tapazole au Canada).

Le méthimazole est préférable, sauf en début de grossesse, car le PTU peut rarement causer des lésions hépatiques mortelles.

Ces médicaments contrôlent l’hyperthyroïdie en ralentissant la production d’hormones thyroïdiennes. Plusieurs mois peuvent être nécessaires pour normaliser les niveaux d’hormones thyroïdiennes. Certains patients atteints d’hyperthyroïdie causée par la maladie de Basedow subissent une rémission spontanée ou naturelle de l’hyperthyroïdie après un traitement de 12 à 18 mois avec ces médicaments et évitent parfois une sous-activité permanente de la thyroïde (hypothyroïdie), qui survient souvent résultat de l’utilisation des autres méthodes de traitement de l’hyperthyroïdie.

Malheureusement, la rémission n’est souvent que temporaire, l’hyperthyroïdie se reproduisant après plusieurs mois ou années sans traitement et nécessitant un traitement supplémentaire, de sorte que relativement peu de patients sont traités uniquement par un seul antithyroïdien.

Effets indésirables des médicaments

Les médicaments antithyroïdiens peuvent provoquer une réaction allergique chez environ cinq pour cent des patients qui les utilisent. Cela se produit généralement au cours des six premières semaines de traitement. Une telle réaction peut inclure une éruption cutanée (voir notre article sur le lupus) ou de l’urticaire; mais après l’arrêt de l’utilisation du médicament, les symptômes disparaissent en une à deux semaines et il n’y a aucun dommage permanent.

Un autre effet indésirable plus grave, mais survenant chez seulement environ un patient sur 500 au cours des huit premières semaines de traitement, est une diminution rapide du nombre de globules blancs dans le sang. Cela pourrait augmenter la vulnérabilité à une infection grave. Les symptômes tels qu’un mal de gorge, une infection ou de la fièvre doivent être signalés sans délai à votre médecin et un comptage du nombre de globules blancs doit être effectué immédiatement.

Dans presque tous les cas, lorsqu’une personne cesse d’utiliser le médicament, le nombre de globules blancs redevient normal. Très rarement, les médicaments antithyroïdiens peuvent causer de graves problèmes de foie, qui peuvent être détectés en surveillant des analyses de sang ou des problèmes articulaires caractérisés par une douleur et / ou un gonflement des articulations.

Vous devez aller voir votre médecin en cas de jaunissement de la peau, de fièvre, de perte d’appétit ou de douleurs abdominales.

Traitement à l’iode radioactif

L’iode est un ingrédient essentiel dans la production d’hormones thyroïdiennes. Chaque molécule d’hormone thyroïdienne contient quatre (T4) ou trois (T3) molécules d’iode. Étant donné que la plupart des glandes thyroïdiennes hyperactives ont tout à fait faim d’iode, on a découvert dans les années 1940 que la thyroïde pourrait être amenée à se détruire en se nourrissant simplement d’iode radioactif. L’iode radioactif est administré par voie orale, généralement sous forme de capsule, et est rapidement absorbé par les intestins. Il pénètre ensuite dans la circulation sanguine dans les cellules thyroïdiennes et les détruit progressivement. La durée maximale du traitement est généralement de trois à six mois.

Il n’est pas possible d’éliminer seulement les cellules malades de la thyroïde, car l’iode radioactif ne fait pas de distinction entre celles qui sont saines et celles qui sont malades. Par conséquent, la plupart des endocrinologues s’efforcent de détruire complètement la glande thyroïde malade avec une seule dose d’iode radioactif.

Cela se traduit par le développement intentionnel d’un état thyroïdien sous-actif (hypothyroïdie), qui est facilement corrigé de manière prévisible et peu coûteuse par l’utilisation quotidienne tout au long de la vie d’un traitement hormonal substitutif de la thyroïde par voie orale.

Ablation chirurgicale de la thyroïde

Bien que rarement utilisé actuellement comme traitement de choix pour l’hyperthyroïdie, il peut parfois être recommandé de prélever une grande partie de la glande thyroïde dans certaines situations, par exemple une femme enceinte atteinte de la maladie de basedow pour laquelle l’iode radioactif ne serait pas sans danger pour le bébé.

La chirurgie conduit généralement à une hypothyroïdie permanente et à un traitement hormonal substitutif tout au long de la vie.

Autres traitements

Un médicament de la classe des bloqueurs bêta-adrénergiques (qui atténuent les effets d’un excès d’hormones thyroïdiennes) peut être utilisé temporairement pour contrôler les symptômes d’hyperthyroïdie jusqu’à ce que d’autres traitements prennent effet. Dans les cas où l’hyperthyroïdie est causée par une thyroïdite ou par une ingestion excessive d’iode ou d’hormone thyroïdienne, il peut s’agir du seul type de traitement requis.

Des gouttes d’iode sont prescrites en cas d’hyperthyroïdie grave ou avant une intervention chirurgicale pour la maladie de Basedow.

Traitement alternatif

Nous avouons ne pas connaitre suffisamment les traitements alternatifs concernant la maladie de basedow qu’on appelle traitements fonctionnelles pour donner notre avis. Mais ils existent sur internet plusieurs documentations et vidéos fort intéressantes qui méritent d’être signalées au passage. Nous vous conseillons de jeter un coup d’œil et de voir si l’un d’eux pourrait être un bon traitement pour vous. Aussi nous vous conseillerons de demander toujours de l’aide à votre médecin traitant même en ce qui concerne les traitements alternatifs.

Parmi les bons conseils que nous avons glanés ici et là, voilà quelques-uns :

Éviter le gluten

Éviter les produits laitiers durant le traitement

 

Quelles questions devrais-je poser à mon médecin?

Est-ce que j’ai des nodules thyroïdiens ou un goitre? Quelle est la différence et comment cela affecte-t-il le traitement?

Avez-vous une expertise en chirurgie de la thyroïde? Pouvez-vous me parler de votre formation?

Quelle est l’efficacité des médicaments et quels sont les risques?

Y a-t-il des traitements alternatifs que vous pourriez me conseiller ?

Complications

Une hyperactivité de la thyroïde (hyperthyroïdie) peut entraîner plusieurs complications, en particulier si la maladie de basedow n’est pas traitée.

Problèmes oculaires

Les problèmes oculaires, connus sous le nom de maladie oculaire de la thyroïde ou ophtalmopathie de Basedow, touchent environ une personne sur trois présentant une thyroïde hyperactive (hyperthyroïdie) provoquée par la maladie de Basedow.

Les symptômes de l’ophtalmopathie peuvent inclure :

Les yeux se sentant secs et granuleux

Une sensibilité à la lumière

Des yeux qui pleurent

Une vision floue ou double

Des yeux rouges

Des paupières rouges, enflées ou tirées en arrière

Des yeux bombés

De nombreux cas d’ophtalmopathie sont bénins et s’améliorent à mesure que l’hyperthyroïdie (thyroïde hyperactive) est traitée, tout en soulignant que dans de rares cas, environ un cas sur 30 d’hyperthyroïdie selon des estimations non officielles, il existe un risque de perte de vision.

Thyroïde sous-active (hypothyroïdie)

Le traitement d’une thyroïde hyperactive aboutit souvent à des taux d’hormones trop bas, connus sous le nom de thyroïde sous-active (hypothyroïdie).

Les symptômes d’une hypothyroïdie peuvent inclure:

Une sensibilité au froid

Une fatigue (voir notre article sur la fibromyalgie)

Un gain de poids

Des constipations

La dépression

Une hypothyroïdie n’est parfois que temporaire, mais elle est souvent permanente et nécessite un traitement prolongé avec des médicaments à base d’hormones thyroïdiennes.

Problèmes de grossesse

Si vous avez une thyroïde hyperactive (hyperthyroïdie) pendant la grossesse et que votre état de santé n’est pas bien maîtrisé, cela peut augmenter le risque de:

De pré-éclampsie

De fausse couche

Un accouchement prématuré (avant la 37e semaine de grossesse)

Votre bébé a un faible poids à la naissance

Si vous avez déjà eu un désordre thyroïdien et vous envisagez une grossesse ou pensez être enceinte, il est absolument recommandé d’informer votre médecin traitant qui vérifiera surement votre état de santé pour déterminer s’il n’y a pas de grand risque, pour vous et le bébé. Les médecins pourront vous prescrire un traitement qui n’affectera pas le bébé, tel le médicament propylthiouracile.

Aussi il est à signaler qu’il serait plus sage d’utiliser une méthode de contraception le temps des traitements lors de la maladie de basedow jusqu’à ce vous soyez guérie, car la plupart des médicaments sont nocifs pour la santé du bébé à naitre.

Tempête thyroïdienne

Dans de rares cas, une thyroïde hyperactive non diagnostiquée ou mal contrôlée peut entraîner une réaction très grave, menaçant le pronostic vital, appelée tempête thyroïdienne.

Il s’agit d’une flambée soudaine de symptômes pouvant être déclenchés par :

Une infection

Une grossesse

Ne pas prendre vos médicaments correctement

Des dommages à la glande thyroïde, comme un coup de poing à la gorge

Les symptômes d’une tempête thyroïdienne incluent:

Des battements de cœur rapide

Une température élevée (fièvre) supérieure à 38 ° C

Une diarrhée et des vomissements

Un jaunissement de la peau et des yeux (jaunisse)

Une agitation grave et confusion

Des pertes de conscience

Une tempête thyroïdienne est une urgence médicale. Si vous pensez que vous-même ou l’un de vos proches en fait l’expérience, appelez immédiatement le samu.

D’autres problèmes liés à la maladie de Basedow

Une thyroïde hyperactive peut également augmenter vos chances de développer:

Fibrillation auriculaire – maladie cardiaque provoquant une fréquence cardiaque irrégulière et souvent anormalement rapide

Os affaiblis (ostéoporose) – cela peut fragiliser vos os et les rendre plus fragiles

Insuffisance cardiaque – lorsque le cœur est incapable de pomper correctement le sang dans le corps

Que devrais-je éviter de manger si je suis atteinte de la maladie de Basedow?

Les personnes atteintes de la maladie de Basedow peuvent être sensibles aux effets secondaires néfastes de l’iode. La consommation d’aliments riches en iode (tels que le varech, le dulse ou d’autres types d’algues) peut provoquer ou aggraver l’hyperthyroïdie.

Prendre des suppléments d’iode peut avoir le même effet. Donc il est évident d’éviter tous les aliments riches en iodes et aussi les médicaments tels les sirops contre la toux et les multivitamines qui pourraient contenir de l’iode.

Aussi nous vous conseillons en plus d’aller voir les vidéos de  Thierry Casasnovas qui donnent de très bons conseils sur le Jeûne et le traitement naturel contre l’hypothyroïdie (maladie de Basedow).

Tout savoir sur la thyroïde

Source:

Chu-Rouen

Infirmiers

le point

Fermer le menu