test d'hématurie

Sang dans les urines, l’hématurie autrement dit, peut être un signe non négligeable de maladie plus grave. Cependant, dans la plupart des cas c’est une situation passagère due à une simple infection des voies urinaires ou des calculs rénaux qui peuvent être traités facilement avec des médicaments. Nous allons faire dans cet article un tour presque complet des raisons du sang dans les urines et voir d’autres informations nécessaires pour le diagnostic et le traitement de cette maladie.

I- Qu’est-ce que l’hématurie ?

L’hématurie signifie simplement que les globules rouges se trouvent dans l’urine. Normalement, l’urine ne contient pas de globules rouges car les filtres dans les reins empêchent le sang de pénétrer dans l’urine.

Dans le cas de l’hématurie, les filtres ou d’autres parties des voies urinaires laissent le sang couler dans l’urine.

Il existe une hématurie microscopique, qui signifie que le sang n’est détecté qu’au microscope, alors qu’une hématurie macroscopique signifie par contre que l’urine apparaît rouge à vue d’œil, ce qui lui donne une couleur différente.

II- Quels sont les symptômes du sang dans les urines ?

Le symptôme principal est le constat qu’on fait en voyant les urines devenir rougeâtre.

Bien que le sang dans les urines ne soit pas toujours un symptôme significatif de la maladie, on peut le considérer comme un éventuel signe d’alerte important pour un problème de santé plus grave.

Une urine sanglante ne devrait jamais être ignorée. Il faut toujours aller immédiatement consulter son médecin si on constate le sang dans les urines, surtout si la personne souffre également de:

Mictions fréquentes, douloureuses ou urgentes

Nausée, vomissements, fièvre ou douleur dans l’abdomen

sang dans l’urine

III- Les causes du sang dans les urines

Les causes qui peuvent provoquer une présence de sang dans l’urine sont multiples, allant du simple état inflammatoire au cancer le plus fatal.

Les infections des voies urinaires et les calculs rénaux, de la vessie ou de l’uretère sont parmi les causes fréquentes.

Chez l’homme, le sang peut aussi provenir d’une hypertrophie de la prostate.

Le cancer de l’urètre, le cancer de la vessie ou le cancer des reins peuvent également apparaître sous forme de sang dans les urines.

La présence de sang dans les urines des personnes de plus de 35 ans, en particulier des fumeurs, devrait inciter une évaluation urologique complète, car le cancer de la vessie est la cause la plus fréquente de sang dans les urines de ce groupe de personnes.

Avant cet âge, l’infection peut en être la cause. Cependant, si une hématurie macroscopique est présente, même une seule fois, elle doit faire l’objet d’une étudiée plus poussée.

Dans ce cas d’hématurie sérieuse, l’urologue doit procéder à une évaluation complète afin d’exclure le cancer ou d’autres anomalies.

Voici les principales causes du sang dans les urines :

1. Infection urinaire (cystite)

La cystite est la cause la plus courante du sang dans les urines, en particulier chez les jeunes femmes. Il faut faire attention au fait que si l’urine rougeâtre coïncide avec des symptômes de cystite et disparaît au bout de quelques jours après le traitement de l’infection, alors on pourrait déduire que ce n’est pas la peine de faire d’autres tests.

Les autres symptômes de la cystite sont:

Ressentir le besoin d’uriner plus souvent

Sentiment que la vessie n’a pas été vidée malgré le passage aux toilettes

Une sensation de brûlure durant la miction

Parfois la cystite est accompagnée de fièvre et une sensation de malaise.

Les crises de cystite peu fréquentes sont généralement traitées de manière ponctuelle par le médecin traitant en prescrivant les médicaments nécessaires, sans investigation supplémentaire.

Et des tests supplémentaires peuvent être nécessaires en cas de récurrence fréquente de ces crises de cystite, surtout en présence d’hypertension ou d’autres anomalies dans l’urine notamment durant la grossesse.

Infections urinaires

2. calculs rénaux

sang dans les urines et calculs rénaux

Les calculs rénaux sont une formation de petites pierres ou de cristaux dans les reins du fait de la cristallisation d’acides et de sels minéraux et des saignements peuvent se produire lorsque ces cristaux font gratter les parois des reins ou lors de leur passage vers les autres parties du système urinaire comme l’uretère ou la vessie.

Le calcul rénal est généralement accompagné par des douleurs intenses qui vont de l’abdomen à l’aine.

De grosses pierres dans les reins ou dans la vessie et les uretères peuvent provoquer de très légers saignements qui ne sont détectés que par le test jauge.

les reins et l'hématurie

3. Tumeurs de la vessie ou du rein

Du sang dans les urines est un phénomène qui devient de plus en plus courant avec l’âge, de sorte que l’hématurie chez les personnes de plus de 40 ans nécessite des investigations supplémentaires, qui comprennent généralement des tests urinaires supplémentaires comme l’examen cytobactériologique des urines (ECBU) ou une cytologie,et quelques fois ça demande même de passer une cystoscopie pour vérifier l’état des voies urinaires.

4. Une néphrite

La néphrite est un terme englobant plusieurs affections impliquant une inflammation du rein. La néphrite est la cause la plus fréquente de sang dans les urines des enfants et des jeunes adultes, mais elle peut survenir à tout âge.

Si un médecin soupçonne une néphrite, il dirigera généralement son patient vers un néphrologue (spécialiste des reins).

Parfois, le diagnostic peut être confirmé par des analyses de sang et d’urine, mais dans de nombreux cas, le diagnostic précis du type de néphrite présent ne peut être effectué qu’avec une biopsie du rein.

5. Maladie polykystique des reins

Il s’agit d’un trouble héréditaire présent dès la naissance, mais qui ne provoque que rarement des symptômes avant l’âge adulte.

C’est une présence de plusieurs kystes dans un des deux reins ou dans les deux. Ces kystes, qui sont emplis de liquide, font grossir le rein et le gène pour un avoir un fonctionnement normal. Cela provoque plusieurs maladies et dysfonctionnement comme l’hypertension, les infections urinaires et rénales, calculs rénaux et insuffisance rénale.

Il y a généralement des antécédents de maladie chez l’un ou l’autre parent.

La présence de sang dans les urines, parfois accompagnée de douleurs intenses dans le rein, est souvent le premier symptôme de la maladie.

6. troubles de la coagulation

Ils existent certaines anomalies de la coagulation du sang, généralement héréditaires (par exemple, l’hémophilie), qui peuvent provoquer une hémorragie sanguine dans les urines.

Il est vrai que ces hémorragies sont rares, mais il est important de les identifier car les saignements peuvent survenir ailleurs que dans les urines et sont généralement évitables par un traitement adéquat.

Les patients qui suivent un traitement avec des médicaments qui empêchent la coagulation (par exemple, Pradaxa, Xarelto, Eliquis) peuvent également développer une hématurie. Alors il faut changer de médicaments ou de traitement après le diagnostic.

 

7. Drépanocytose

La drépanocytose ou anémie falciforme est une condition héréditaire.

Cette maladie provoque des accès de douleur et d’anémie qui commencent généralement dans l’enfance.

Elle implique généralement des complications rénales. Car parmi ces incidences, on retrouve une certaine tendance des globules à se détériorer plus rapidement. Ce qui se constate par une coloration sanguine des urines.

Dans le processus de diagnostic de la drépanocytose, il est préférable d’éviter l’imagerie avec un produit de contraste, car celle-ci risque de précipiter une crise.

Quelles sont les autres causes du sang dans les urines ?

a) Hémoglobinurie

L’urine peut virer au rouge ou au brun rougeâtre parce que les pigments du sang (hémoglobine) passent dans l’urine, ce qui se produit si les globules rouges sont dégradés dans le sang (hémolyse intravasculaire).

L’hémoglobinurie peut être le résultat de troubles héréditaires.

Les coureurs qui font beaucoup de distance en martelant les routes peuvent développer une hémoglobinurie.

L’hémoglobinurie se distingue de l’hématurie par un examen microscopique de l’urine. En effet, dans cet état, aucun globule rouge n’est visible.

b) Beeturia

sang dans les urines pour cause de betterave

La beeturia est le passage chez certaines personnes du rouge de la betterave dans l’urine après avoir consommé ce légume. Cet état de fait+ ne provoque aucun autre symptôme et est totalement inoffensif. Certains colorants rouges peuvent également causer une urine rouge.

IV- Diagnostiquer le sang dans les urines

Test Ecbu et sang dans les urines

Une hématurie microscopique peut être constaté lors d’une analyse de routine du sang. Aussi le sang dans l’urine peut être facilement diagnostiqué, même s’il est invisible à l’œil nu, en utilisant des bandelettes urinaires (des bandes en papier).

On fait ce test en trempant un échantillon d’urine dans ces bandelettes en papier et cela les fera changer de couleur si du sang est présent.

Même s’il y a un constat évident de la couleur rougeâtre dans les urines, le médecin fait toujours passer le test d’analyse du sang pour s’assurer que le sang se trouve vraiment dans les urines.

En effet, l’urine peut être tachée par des aliments tels que la betterave rouge ou les mûres, ainsi que par certains médicaments. L’urine paraîtra également plus sombre si le patient n’a pas bu suffisamment de liquides et s’il est déshydraté.

a- Analyse d’urine

L’urologue peut faire une analyse simple des urines dans son cabinet à l’aide d’une jauge spéciale ou l’envoyer à un laboratoire pour analyse.

Parfois, les analyses d’urine à l’aide d’une bandelette réactive peuvent être positives même si le patient n’a pas de sang dans les urines, ce qui donne une sorte de test «faux positif».

Le médecin peut faire une recherche des globules rouges en examinant l’urine au microscope avant de commander d’autres tests.

Le test le plus connu est l’examen cytobactériologique des urines ou ECBU.

Dans le cas des femmes de moins de 50 ans, avant de demander un échantillon d’urine, le médecin leurs demander quand elles ont eu leurs dernières règles. Car ça arrive que le sang des règles d’une femme peut pénétrer dans son échantillon d’urine et entraîner un test de dépistage de l’hématurie faussement positif.

Le test doit être renouvelé une fois que les règles sont passées.

Comment se passe une analyse de sang dans les urines ?

C’est au médecin de demander au patient un prélèvement d’échantillon d’urine. Il lui fournira un récipient, collecteur d’urine et lui donnera les instructions nécessaires pour s’assurer de la stérilité de l’échantillon.

Ces instructions comprennent les étapes suivantes :

Lavage des mains avec une solution savonneuse.

Nettoyage des parties génitales avec un tampon nettoyant fourni par le médecin. Les hommes devraient essuyer le bout de leur pénis. Les femmes doivent ouvrir leurs lèvres et les nettoyer de l’avant vers l’arrière.

 Le patient doit commencer à uriner d’abord dans les toilettes. Puis il déplacera le récipient de collecte sous le flux d’urine.

C’est toujours bien de recueillir un peu plus que la quantité nécessaire indiquée.

Finir d’uriner dans les toilettes.

b- Tests supplémentaires

Parfois, le médecin détectera dans les échantillons d’urines trop de globules rouges, alors il peut demander au patient d’effectuer d’autres tests supplémentaires pour déterminer exactement la cause de ce sang dans les urines. Voici quelques-uns de ces tests supplémentaires :

1. Un test sanguin de confirmation

Il est toujours rassurant d’avoir une analyse de sang dans un cas d’extrême abondance du sang dans les urines pour confirmer le premier test d’urine et faire si nécessaire d’autres différents tests pour avoir un diagnostic plus précis.

Une analyse de sang permet de détecter aussi des taux élevés de créatinine, qui est produite par les muscles lorsqu’ils dépensent de l’énergie. Et un taux élevé anormalement de la créatinine dans le sang est un bon indicateur du mauvais fonctionnement du rein, qui peut révéler une maladie rénale plus grave.

Elle peut aussi (l’analyse de sang) détecter des signes de maladies auto-immunes, telles que le lupus, ou d’autres maladies, telles que le cancer de la prostate, pouvant provoquer une hématurie.

2. Cystoscopie

La cystoscopie est une procédure qu’un urologue (un médecin spécialisé dans les problèmes urinaires) effectue pour voir à l’intérieur et les parois muqueuses de la vessie et de l’urètre du patient à l’aide d’un cystoscope flexible, un instrument semblable à une tubulure avec une sorte de caméra lumineuse qui est reliée à un ordinateur pour diagnostiquer les anomalies qui pourrait se trouver dans les muqueuses de la vessie ou de l’urètre. Certains cystoscopes modernes ont même un genre de pincette pour faire des prélèvements sur la muqueuse.

Il n’est pas demandé dans ce test d’être à jeun.

L’urologue effectue une cystoscopie dans son bureau ou dans un hôpital.

Le patient peut avoir besoin de médicaments contre la douleur ou une anesthésie locale.

Une cystoscopie peut détecter un cancer dans la vessie d’un patient, ou des polypes, des malformations et des infections.

3. Imagerie par résonance magnétique (IRM).

L’IRM est un test qui prend des photos des organes internes du patient et des tissus mous sans utiliser de rayons X.

Un radiologue spécialement formé effectue la procédure dans une clinique ou dans un hôpital, et interprète les images.

Le patient n’a pas besoin d’anesthésie, bien que les patients ayant peur des espaces confinés puissent recevoir une sédation légère.

Une IRM se fait en injectant un produit de contraste dans le sang. Grâce au champ magnétique crée par la machine, le radiologue peut diagnostiquer une tumeur ou autre anomalie dans les tissus mous du rein ou de la vessie.

Le patient est allongé sur une table qui se glisse dans un dispositif en forme de tunnel pouvant être ouvert ou fermé à une extrémité.

Pendant une IRM, le patient doit rester parfaitement immobile pendant que le technicien prend les images.

4. Tomodensitométrie (CT).

La tomodensitométrie utilise une combinaison de rayons X et de technologie informatique pour créer des images des voies urinaires, en particulier des reins.

Un médecin spécialisé peut donner au patient une solution à boire et une injection de produit de contraste.

La tomodensitométrie nécessite que le patient soit allongé sur une table qui se glisse dans un appareil en forme de tunnel qui reçoit les rayons X. les images renvoyées par la machine informatique seront interprétées par un radiologue.

Dans ce test de tomodensitométrie, le patient n’a pas besoin d’anesthésie.

La tomodensitométrie peut aider le médecin à diagnostiquer des calculs dans les voies urinaires, des obstructions, des infections, des kystes, des tumeurs et des traumatismes.

5. Biopsie rénale.

La biopsie rénale est une procédure qui consiste à prélever un petit morceau de tissu dans le rein. Le médecin allongera le patient sur le ventre et lui donnera une sédation légère et une anesthésie locale.

Et grâce à une aiguille spéciale et suivant les indications fournies par une échographie ou des clichés radiologiques pris antérieurement, il prélèvera des morceaux de la partie des tissus du rein qui parait malade.

Un médecin pathologiste examinera les tissus dans un laboratoire.

La biopsie peut aider à diagnostiquer si l’hématurie est due à une maladie rénale.

V- Traitements pour l’hématurie (sang dans les urines)

Traitement de l'hématurie (sang dans les urines)

Il est évident d’après ce qu’on vient de voir que le traitement de l’hématurie (présence du sang dans les urines) dépend principalement de sa cause. Et en traitant cette cause, le problème disparaît normalement de lui-même.

En général, les personnes atteintes d’hématurie liée à l’exercice physique comme les marathoniens n’ont besoin d’aucun traitement spécifique autre que de modifier leur programme d’exercice.

Les personnes atteintes d’hématurie liée à la prise de médicaments s’amélioreront si elles cessent de prendre ce médicament à l’origine du problème.

En ce qui concerne les infections, un traitement adéquat avec des antibiotiques suffit généralement à guérir l’hématurie infectieuse.

Pour d’autres causes d’hématurie, le traitement peut être plus complexe :

1. Tumeur de la vessie ou du rein 

Le traitement est déterminé par le type de cancer et son extension (stade de cancer), ainsi que par l’âge du patient, son état de santé général et ses préférences personnelles.

Les principaux types de traitement sont la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’immunothérapie, un type de traitement qui stimule le système immunitaire pour lutter contre le cancer surtout aux premiers stades.

2. Cas de traumatisme

 Le traitement dépend du type et de la gravité des blessures. Dans les cas graves, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

3. Cas des Calculs rénaux

Des calculs plus petits présents dans les reins ou dans les voies urinaires peuvent parfois être éliminés rien qu’en buvant beaucoup de liquides.

Les pierres plus grosses peuvent nécessiter une intervention chirurgicale ou une lithotripsie, une procédure qui casse la pierre.

4. Troubles de coagulation

 Le traitement dépend du type de trouble de la coagulation. Les patients hémophiles peuvent être traités par perfusion de facteurs de coagulation ou par plasma frais congelé, type de transfusion qui fournit les facteurs manquants.

6. Glomérulonéphrite 

La glomérulonéphrite, comme on l’a vu plus haut, est l’une des causes de la présence du sang dans les urines. C’est une affection rénale avec des origines diverses, qui touche principalement les glomérules, qui ont pour fonction de nettoyer le sang à son passage dans le rein.

Son traitement se fait par des antibiotiques, des médicaments appelés diurétiques qui aident à augmenter la quantité d’urine excrétée par le corps, des médicaments pour contrôler l’hypertension artérielle et des modifications diététiques pour réduire le travail des reins.

sang dans les urines et inflammations dans le système urinaire

VI- Facteurs de risque d’hématurie

 Les facteurs de risques qui peuvent aider à provoquer du sang dans les urines sont :

Des antécédents familiaux de maladie rénale

Infection chronique des voies urinaires

La fait d’être fumeur peut beaucoup influencer sur l’apparition de l’hématurie.

Une exposition à des produits chimiques sur le lieu de travail

Un traitement par radiation pour le cancer du bassin est aussi un facteur de présence du sang dans les urines

Il est à noter que dans de nombreux cas, le cancer du rein et le cancer de la vessie ne causent pas de symptômes physiques. Ainsi la tumeur peut donc continuer à se développer sans que la personne en soit consciente et l’hématurie pourrait être un signe avant-coureur de ces deux fléaux.

Le contenu du site Web AvoirLaSante.fr n’est ni destiné ni recommandé en lieu et place du conseil médical, du diagnostic ou du traitement. Demandez toujours conseil à votre médecin ou à un autre professionnel de la santé qualifié pour toute question ou condition médicale.Le contenu du site est juste informatif. Tous droits réservés.

sang dans les urines. Que dois-je faire?

source:

https://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9maturie

https://www.cua.org/themes/web/assets/files/patient_info/secured/fr/5f-hematurie_s.pdf

https://www.hug-ge.ch/oncologie/precautions-prendre-avec-urines

Fermer le menu