Syndrome de Gilles de la Tourette: Définition

Le syndrome Gilles de la Tourette a été décrit pour la première fois en 1885 comme une maladie distincte par le médecin français, le docteur Georges Gilles de la Tourette. L’une de ses principales caractéristiques est la présence de multiples tics moteurs et vocaux.

Les tics sont des mouvements ou vocalisations stéréotypés involontaires, soudains, rapides, brefs et répétitifs.

Les tics peuvent être simples, impliquant des groupes musculaires individuels (Clignements des yeux, tremblements de la tête…), ou complexes consistant en des schémas de mouvements coordonnés (Sauts, mouvements faciaux complexes…).

Les tics vocaux peuvent consister en des sons simples tels que raclements de gorge, reniflements et sons plus complexes tels que des mots, des phrases ou même des phrases complètes.

Un tic vocal particulier souvent associé au SGT est la coprolalie (tendance morbide à utiliser des mots orduriers et scatologiques.)

En réalité, la coprolalie ne survient que dans une minorité de cas et n’est souvent que temporaire.

A noter que pas deux personnes avec le syndrome de Gilles de la Tourette n’affichent exactement les mêmes caractéristiques de tic.

I- Qui est Georges Gilles de la Tourette

Georges gilles de la Tourette est un médecin neurologue français, né en 1857 dans la commune de Saint-Gervais-les-Trois-Clochers dans le département de la Vienne. Il était un brillant médecin sous le mentorat du très célèbre médecin Charcot à l’hôpital salpêtrière à Paris. C’est en 1885 qu’il décrit pour la première fois la maladie dite syndrome Gilles de la Tourette, maladie caractérisée par des tics moteurs et verbaux convulsifs.

En 1893, il a reçu une balle de revolver dans la tête tirée par une ancienne patiente qui lui reprochait de l’avoir mal soigné par une thérapie d’hypnose.

Ce coup de feu dans la tête et le décès tragique de son fils ont eu raison de son mental. Malgré ça, il continué à donner des conférences sur la littérature et la poésie.

A la fin de sa vie, en 1902 son état de santé s’est vraiment détérioré, l’obligeant à quitter son poste et à être interner dans une clinique suisse ou il meurt en mai 1904, à l’âge de 47 ans.

II- Qu’est-ce qui cause le syndrome de Gilles de la Tourette ?

Bien que la cause exacte du syndrome de Gilles de la Tourette soit inconnue, les chercheurs pensent qu’elle est probablement causée par des changements dans certaines zones du cerveau ainsi que par des déséquilibres des messagers chimiques dans le cerveau (tels que la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline).

En effet, les recherches actuelles indiquent des anomalies dans certaines régions du cerveau (notamment les noyaux gris centraux, les lobes frontaux et le cortex), les circuits qui les relient et les neurotransmetteurs (dopamine, sérotonine et noradrénaline) responsables de la communication entre les cellules nerveuses.

Compte tenu de la présentation souvent complexe du syndrome de la Tourette, la cause du trouble sera probablement tout aussi complexe.

La génétique et l’histoire de santé familiale jouent également un rôle. On pensait autrefois que le syndrome de Gilles de la Tourette était héréditaire en tant que trait dominant, mais des études récentes montrent que la génétique de ce syndrome est beaucoup plus complexe. Dans la plupart des cas, le syndrome est hérité des deux parents.

Les enfants de parents atteints de ce syndrome peuvent ne pas le développer du tout ou peuvent développer un syndrome de Gilles de la Tourette de degrés et de gravité variables. Et certaines personnes atteintes n’ont pas d’antécédents familiaux de la maladie. Les garçons nés d’un parent atteint du syndrome sont plus susceptibles que les filles d’être atteints de la maladie. Les filles, cependant, sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de comportement associés tels que le TOC (trouble obsessionnelle du comportement).

Les facteurs environnementaux peuvent également jouer un rôle important dans le développement du syndrome de Gilles de la Tourette.

III- Quels sont les symptômes du syndrome de la Tourette ?

Les personnes atteintes du syndrome de Tourette ont à la fois des tics moteurs et des tics vocaux. Les tics moteurs sont des mouvements des muscles qu’une personne ne peut pas contrôler. Ils comprennent le clignotement des yeux, les tremblements de la tête, les tremblements des bras, les haussements d’épaules et des sauts.

Les tics vocaux sont des sons qu’une personne atteinte du syndrome de Gilles de la Tourette émet avec sa voix et ne peut pas contrôler. Se racler la gorge, grogner et tousser sont des tics vocaux courants.

Une personne atteinte du syndrome de Tourette a parfois plusieurs types de tics qui se produisent en même temps.

Les tics peuvent arriver toute la journée. Mais les tics sont souvent moins fréquents ou disparaissent complètement lorsqu’une personne se concentre sur un seul objet ou tâche, ou lorsqu’elle se détend, comme écouter de la musique et regarder un bon film cinéma.

Le type de tics et la fréquence changent souvent avec le temps. Les tics sont généralement accentués et plus fréquents quand la personne est stressée (par exemple, lorsqu’elle passe un examen ou un test), excitée ou très énergique à propos de quelque chose (comme lors d’une fête d’anniversaire ou d’une activité sportive).

Les tics peuvent même se produire au début de sommeil, mais ils ralentissent généralement et disparaissent complètement au cours des phases les plus profondes de l’endormissement.

Parfois, une personne atteinte du syndrome de Tourette peut présenter d’autres affections, comme un trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH), un trouble obsessionnel-compulsif (TOC) ou des difficultés d’apprentissage.

1. Les Tics moteurs

Les tics moteurs sont des mouvements involontaires et répétitifs qui impliquent le plus souvent les muscles du visage et du cou. Ces mouvements comprennent les haussements d’épaules, les clignements d’yeux, le mouvement des mâchoires et les contractions nasales.

Ils peuvent également concerner le reste du corps, comme dans les mouvements de bras, de jambe et de saut. Les tics moteurs se produisent généralement dans la même partie du corps, mais au fil du temps, ils peuvent disparaître d’une partie et apparaître dans une autre.

Les tics moteurs peuvent être classés comme simples ou complexes.

Les tics simples sont des mouvements brusques et rapide qui se produisent de manière unique et isolée, ce qui signifie qu’aucun autre tic n’est expérimenté en même temps. Des exemples de tics moteurs sont une contraction oculaire, un haussement d’épaule ou un réflexe crânien.

Les tics complexes sont une série de mouvements. Celles-ci peuvent sembler utiles, comme si la personne les coordonnait, mais elles sont aussi involontaires.

2. Les Tics vocaux

Le symptôme de Gilles de la Tourette le plus connu est peut-être le tic vocal. Les tics vocaux comprennent tout, du simple éclaircissement de la gorge au bruit de reniflement par le nez, en passant des grognements ou des aboiements à la verbalisation de mots et de sons dépourvus de sens.

Les personnes qui produisent des sons ayant une signification obscène ne sont que 12% environ de l’ensemble de personnes atteintes. Comme pour les tics moteurs, les tics vocaux varient en intensité et changent fréquemment (de grognements en mots, par exemple) et peuvent varier drastiquement en fonction des circonstances.

Comme pour les tics moteurs, les tics vocaux peuvent être séparés en tics simples et complexes.

Les tics vocaux simples incluent des sons simples tels que se racler la gorge ou renifler.

Les tics vocaux complexes incluent toute expression de mots, y compris des mots obscènes (« coprolalie »); répéter les mots des autres (« écholalie »); ou en répétant leurs propres mots (« palilalia »).

IV- Problèmes associés au syndrome de Gille de la Tourette ?

Il n’est pas souvent le cas que les personnes atteintes de syndrome de la Tourette soient atteinte d’un autre trouble de comportement adjacent. Cependant, ça arrive que certaines personnes atteintes de ce syndrome peuvent également être atteintes du trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

Il faut savoir que les enfants atteints du trouble de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ont du mal à suivre les instructions de leurs professeurs, à se concentrer en classe, à organiser leurs tâches d’apprentissage et à terminer leurs travaux scolaires dans les délais impartis. Rien qu’achever ses simples devoirs de manière cohérente et rapide constitue un énorme défi pour les enfants atteints de TDAH.

Il y a également des troubles d’apprentissage qui accompagnent quelques fois le syndrome de la Tourette. Ces troubles d’apprentissages peuvent inclure la dyslexie, des difficultés de lecture, d’écriture et de perception.

Il existe des thérapies qui peuvent être appliquées pour les enfants atteints de TDAH et les troubles d’apprentissage. Et si elles sont bien gérées, les personnes atteintes du syndrome de la Tourette apprennent dès leur jeune âge à se concentrer, à développer leurs forces cognitives et à devenir assez productives et performantes.

D’autres troubles peuvent être associés au syndrome de Gilles de la Tourette, comme l’anxiété, les comportements impulsifs envers les autres ou auto-infligés et les troubles obsessionnels compulsifs.

Différences entre tics et tocs

Le syndrome de Gilles de la Tourette se caractérise par des tics involontaires (moteurs ou verbaux), comme on l’a souligné plus haut. Alors que les Tocs (troubles obsessionnels compulsifs) sont une sorte d’obsession presque construite qui se déroule suivant un rituel ou elle ne peut presque pas y échapper.

V- Diagnostiquer le syndrome de gilles de la Tourette

A noter qu’il n’y a pas de test spécial pour diagnostiquer le syndrome de Gilles de la Tourette. Des tests et des analyses, tels qu’une IRM, peuvent être utilisés pour exclure d’autres conditions.

Il y a toujours un peu de retard à diagnostiquer le SGT à cause de l’orientation de l’enfant atteint de tic vers des spécialistes de l’organe ou de la partie où se manifeste le syndrome, par exemple vers un ophtalmologue s’il a des yeux qui clignent ou vers un psychologue s’il a un tic verbal. Alors que qu’il fallait l’orienter vers un neurologue.

La plupart des enfants atteints de ce syndrome guérissent à l’âge adulte (80%) ou du moins les tics seront tellement maitrisés qu’ils n’auront aucune incidence grave sur la carrière professionnelle.

L’enfant est diagnostiqué avec le syndrome de gilles de la Tourette s’il a un ou plusieurs tics depuis au moins un an.

Obtenir un diagnostic ferme peut aider l’enfant, ainsi que d’autres personnes, à mieux comprendre les problèmes liés au syndrome et peut lui permettre d’accéder au type de traitement adéquat et au soutien approprié, soit dans la famille ou à l’école.

Pour obtenir un diagnostic, le médecin généraliste envoie généralement l’enfant ayant des tics moteurs ou verbaux vers un neurologue, spécialiste du cerveau et du système nerveux.

VI- Traitement du syndrome de gilles de la Tourette

Puisqu’il n’existe pas de traitement efficace pour éliminer complètement cette maladie, les seuls soins existants visent à identifier et à aider l’individu à gérer les symptômes du syndrome de gilles de la Tourette les plus troublants ou les plus perturbants.

La plupart des cas sont bénins et ne nécessitent pas de traitement pharmacologique ; à la place, la thérapie psycho-comportementale, l’éducation et la réassurance du patient peuvent suffire amplement.

Les techniques de relaxation, telles que l’exercice, le yoga, la méditation ou la cohérence cardiaque, peuvent être utiles pour atténuer le stress susceptible d’aggraver les tics, mais la majorité des interventions comportementales (telles que l’entraînement à la relaxation et le biofeedback) n’ont pas été systématiquement évaluées.

L’éducation du patient, de sa famille et de la communauté environnante (tels que ses amis, son école et même son église) est l’une des stratégies de traitement clé.

Les traitements, lorsque cela est justifié, peuvent être divisés en ceux qui ciblent les tics et les affections adjacentes, lesquelles, lorsqu’elles sont présentes, sont souvent une source de dégradation plus importante que les tics eux-mêmes.

Les personnes atteintes de tics ne souffrent pas toutes de maladies concomitantes, mais lorsqu’elles sont présentes, comme le syndrome d’Asperger, elles ont souvent priorité sur le traitement.

Pharmacologie

Il n’existe aucun traitement curatif pour le syndrome de la Tourette et aucun médicament universellement efficace pour tous les individus sans effets indésirables importants.

Et lorsque les thérapies psycho-comportementales ne donnent pas assez de résultats probants en étant pratiquées pour une longue période, les médecins se tournent généralement vers les médicaments neuroleptiques.

Ils existent une pléthore de neuroleptiques qui varient dans l’efficacité selon les individus et les effets secondaires qui peuvent être des fois très importants.

VII- Comment le syndrome de gilles de la Tourette évolue ?

Les tics vont et viennent au fil du temps, en fonction du type, de la fréquence, de l’emplacement et de la gravité du syndrome.

Les premiers symptômes apparaissent généralement dès le plus jeune âge au niveau de la tête et du cou et peuvent évoluer pour inclure les muscles du tronc et les membres.

Les tics moteurs sont les premiers à apparaitre et précèdent généralement le développement des tics vocaux et les tics simples précèdent souvent les tics complexes.

La plupart des patients atteints du syndrome de gilles de la Tourette présentent un pic de sévérité avant le milieu de l’adolescence, avec une amélioration très nette chez la majorité des patients vers la fin de l’adolescence et au début de l’âge adulte.

Il n’y a qu’environ 8 ou 10% des personnes touchées qui font un parcours inverse, c’est à dire progressif dans l’augmentation des symptômes et de la sévérité ou handicapant qui dure jusqu’à l’âge adulte.

La majorité des malades vont guérir à l’âge adulte ou du moins finissent par maîtriser les manifestations handicapantes du syndrome.

VIII- Conclusion

Chaque patient atteint du syndrome de gilles de la Tourette est un cas unique quant aux symptômes et au traitement.

Le soutien familial dans le cas de ce syndrome est primordial, ainsi que celui de l’environnement de l’enfant comme l’école par exemple.

Les facteurs environnementaux susceptibles d’affecter les manifestations du syndrome de la Tourette incluent les infections, les problèmes périnatals et les influences hormonales.

Un tiers des enfants atteints du syndrome de Tourette n’auront plus de symptômes à l’âge adulte ; et un autre tiers ne présentera que des symptômes bénins ne nécessitant aucun traitement. Et le tiers restant peuvent dans leur majorité gérer le syndrome grâce à des thérapies spéciales. La minorité qui reste peut essayer différents médicaments que leurs médecins leurs prescriront jusqu’à trouver celui qui diminue le mieux les symptômes du syndrome de Gilles de la Tourette.

Le trouble comorbide le plus courant chez les patients atteints du syndrome de Gilles de la Tourette est le trouble déficit de l’attention ou l’hyperactivité, suivi du trouble obsessionnel-compulsif et quelques troubles affectifs.

Le contenu du site Web AvoirLaSante.fr n’est ni destiné ni recommandé en lieu et place du conseil médical, du diagnostic ou du traitement. Demandez toujours conseil à votre médecin ou à un autre professionnel de la santé qualifié pour toute question ou condition médicale.Le contenu du site est juste informatif. Tous droits réservés.

Syndrome de Gilles de la Tourette: c’est quoi?

Source:

Le syndrome Gilles de la Tourette et le vaccin hexavalent seraient bien liés, selon une étude de l’université d’Oxford

syndrome de Gilles de la Tourette: les tics sont-ils une mauvaise habitude

Association française de Gilles de la Tourette

Fermer le menu